Accéder au contenu principal
France

En Guyane, Nicolas Sarkozy soutient le maire de Cayenne

Nicolas Sarkozy et le maire de Cayenne, Rodolphe Alexandre (à gauche) en visite dans le quartier «Eau-Lisette», le 18 février 2010.
Nicolas Sarkozy et le maire de Cayenne, Rodolphe Alexandre (à gauche) en visite dans le quartier «Eau-Lisette», le 18 février 2010. AFP / E. Feferberg
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Venu parler de l’avenir institutionnel de la Guyane, le président Sarkozy en a profité le jeudi 18 février pour donner un coup de pouce à la tête de liste UMP pour les régionales, Rodolphe Alexandre, le maire divers gauche de Cayenne, qui pourrait faire basculer la région à droite. Une ouverture qui fait hurler la gauche locale, qui dénonce « un Besson guyanais ».

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Cayenne,Véronique Rigolet

Pour lui, Nicolas Sarkozy a les yeux de Chimène : Rodolphe Alexandre, le maire divers gauche de Cayenne, conduira la liste UMP pour les régionales. Une candidature d’ouverture qui provoque un tollé à gauche où l’on n’hésite pas à le comparer à Eric Besson. Un véritable traître pour Marie-Josée Lalsie, la secrétaire du Parti socialiste guyanais : « Je ne connais pas Besson, mais je crois que chacun a le sien. En tout cas, c’est comme cela que nous, nous devons le considérer, comme un homme qui a décidé d’aller ailleurs mais qui devra avoir le courage de dire ' aujourd’hui je suis de droite ' ».

A droite, cette ouverture à gauche fait également débat, mais on fait contre mauvaise fortune bon cœur. Pour Rémy-Louis Budoc, conseiller régional et secrétaire départemental de l’UMP, c’est sans doute la seule façon de gagner la région. « Ça fait aussi grincer des dents, c’est sûr, mais nous à l’UMP, nous avons considéré qu’il n’y avait rien de gênant à pouvoir travailler avec lui et lui permettre de nous aider à créer une alternance politique dans ce conseil régional. »

Sur la défensive, Rodolphe Alexandre le jure pourtant : il reste un homme de gauche mais soutien la politique de Nicolas Sarkozy. Il s’y perd un peu. « Si être de gauche, c’est être du côté des plus faibles et travailler pour son pays, je reste toujours un homme de gauche. Je n’ai pas d’idées de droite, je conduis une liste d’ouverture ».

L’ouverture fera-t-elle basculer la Guyane à droite ? La question fait longuement sourire le président Sarkozy. Pour l’heure, Rodolphe Alexandre est donné favori du scrutin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.