Accéder au contenu principal
Niger / Coup d’Etat

Salou Djibo, un homme fort quasi inconnu

Salou Djibo, commandant de la junte qui dirige désormais le Niger.
Salou Djibo, commandant de la junte qui dirige désormais le Niger. AFP / B. Hama
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La junte militaire qui a renversé jeudi 18 février le président nigérien Mamadou Tandja a pour président le chef d'escadron Salou Djibo, jusqu'alors peu connu du grand public. Né en 1965, le nouvel homme fort de Niamey, à la tête du Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD, junte), a reçu sa formation militaire en Côte d'Ivoire, en Chine et au Maroc.

Publicité

L’homme est pour l’instant peu bavard. « Il est prématuré que je vous parle… » : rien de précis et pas grand-chose, juste une phrase pour dire qu’il ne parlera que plus tard, voilà les premiers mots du chef des putschistes, le commandant Salou Djibo.

L’homme ne s’est pas encore adressé à la nation et il reste un parfait inconnu pour ses compatriotes.

La 121ème CCA, la 5ème Compagnie de Commandement et d’Appui et de Sécurité qu’il commande depuis cinq ans, est une unité opérationnelle, une unité de combat qui a « fait le front » et qui n’est pas connue du public.

Né en 1965, Salou Djibo n’a été admis à l’école d’officiers qu’à 30 ans. C’était à Bouaké, en Côte d’Ivoire. Il fera ensuite son cours d’application en Chine, puis le cours d’état-major à Kenitra, au Maroc.

Sa spécialité est l’artillerie. Affecté d’abord au Centre d’Instruction d’Agadez, dans le nord du pays, il revient à Niamey comme chef de peloton, avant de prendre la tête de la CCA.

Salou Djibo est originaire du village de Namaro à environ 50 kilomètres de Niamey, sur la rive droite du fleuve Niger.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.