Environnement/Italie

Après un sabotage, le plus grand fleuve d’Italie est menacé de marée noire

S. Borelva/RFI

Le pétrole est charrié par l’un des affluents du Pô, le Lambro. Cette marée noire dont on ne connaît pas encore l’ampleur a été provoquée par une malveillance dans une raffinerie. Le parquet de la ville de Monza a ouvert une enquête contre X.

Publicité

Malgré les barrières et le matériel absorbant mis en place par les pompiers, la protection civile et l’armée pour tenter de l’endiguer, la nappe de pétrole, longue de plusieurs kilomètres, a réussi à descendre le cours du Lambro depuis Monza (nord-ouest de l'Italie) et à contaminer le Pô près de la ville de Piacenza. Le Pô arrose plus de 3.000 communes italiennes. Une unité de crise a été mise place à la préfecture de Milan.

« Nous allons demander l'état de calamité et la mise en place d'un plan pour
limiter les dommages à l'environnement et faire face à une situation grave qui
met en danger notre région tout entière et nos cours d'eau
», a déclaré le
responsable pour l'environnement de la Région Lombardie, Davide Boni.

Le long du Lambro, des centaines d'oiseaux morts, notamment des poissons, hérons, canards sauvages, mais aussi mouettes et cormorans, englués de pétrole, ont été retrouvés morts ou en fin de vie. A Calendasco, un village situé près du confluent du Lambro avec le Pô, l'odeur âcre du pétrole était perceptible dans l'air, tandis que des militaires et des membres de la protection civile s'activaient sur les rives du plus grand fleuve d’Italie. Les sauveteurs veulent installer des boudins en travers de l’affluent pour contenir les hydrocarbures et les ramasser à l'endroit le plus étroit du cours d'eau.

« Il devrait y avoir en tout quatre barrages au niveau de la zone de Piacenza », a précisé un représentant des autorités locales. « C'est une sacrée catastrophe », a-t-il déploré, « ici, il y a beaucoup de courant, la nappe est diluée mais le pétrole pourrait s'accumuler dans les méandres du fleuve ».

« La quantité de pétrole déversée s'élève à au moins 1.000 m3, mais elle est
probablement beaucoup plus importante
», a expliqué une porte-parole de
l'Agence régionale lombarde pour la protection de l’environnement.

La protection civile de la région d'Emilie-Romagne, la première en aval de
la nappe de pétrole, a estimé que l'état d'alerte pour les municipalités de la
vallée du Pô allait durer cinq jours. En outre, par mesure de précaution, le préfet de Lombardie demande aux maires d’appeler la population à éviter d'utiliser l'eau du robinet.

Le bassin du Lambro est déjà l'une des régions les plus polluées d'Italie, tandis que le bassin du Pô abrite le plus grand bassin industriel et agricole de toute l’Italie.
Et les conséquences de cette marée noire fluviale risquent aussi d’être considérables pour l’agriculture. Long de 652 kilomètres, le Pô irrigue vers l’Est l’une des plaines les plus fertiles d’Italie avant d’atteindre la mer Adriatique.

Pour les enquêteurs, il s’agit sans aucun doute d’un sabotage mais on ignore encore le mobile qui a poussé les auteurs à ouvrir les vannes dans le dépôt de l'ex-raffinerie Lombardi Petroli à Villasanta, près de Monza, vannes ouvertes par quelqu'un qui, visiblement, connaissait les lieux.

Le parquet de Monza a ouvert hier une enquête contre X pour désastre environnemental et empoisonnement des eaux.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail