Egypte / Allemagne

Moubarak opéré en Allemagne, l'Egypte se pose des questions

Le président égyptien Hosni Moubarak a donné une conférence de presse après sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, le 4 mars 2010.
Le président égyptien Hosni Moubarak a donné une conférence de presse après sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, le 4 mars 2010. Reuters/Thomas Peter

Le président égyptien Hosni Moubarak a été opéré avec succès de l'ablation de la vésicule biliaire dans un hôpital de Heidelberg, en Allemagne. En son absence, c'est le Premier ministre, Ahmad Nazif qui assure le rôle de chef de l'Etat. L'état de santé du président, âgé aujoud'hui de 81 ans, est un sujet très sensible en Egypte : le rédacteur en chef d'un quotidien indépendant a déjà été condamné à 2 mois de prison ferme après avoir relayé des rumeurs. Après 30 ans à la tête du pays, Hosni Moubarak achève l'an prochain son cinquième mandat.

Publicité

Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

C’est la seconde fois que les médias officiels égyptiens annoncent que le président égyptien subira une intervention chirurgicale. En 2004 le raïs avait subi une opération au dos toujours en Allemagne. Comme aujourd’hui, il avait délégué ses pouvoirs au Premier ministre Ahmad Nazif.

Même si l’opération est bénigne, elle préoccupe les milieux politiques. Ils soulignent en effet les risques d’une vacance de pouvoir en l’absence d’un vice-président. En 1981, quand le président Anouar al-Sadate avait été assassiné, son vice-président, Hosni Moubarak avait automatiquement pris les rênes du pouvoir et écrasé une tentative de soulèvement islamiste.

Des préoccupations auxquelles des proches du gouvernement répondent par le désir du régime de faire preuve de transparence alors que l’on aurait pu cacher toute l’affaire. Quant à l’homme de la rue, il est convaincu « qu’il y a autre chose ». Des rumeurs ont déjà commencé à courir sur des maladies plus graves. En 2003 le raïs, qui briguera probablement un sixième mandat, avait été pris d’un malaise public qui avait affolé la bourse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail