France

Nicolas Sarkozy: «A scrutin régional, conséquences régionales»

Le président de la République se défend de s'être engagé dans la campagne des régionales, y compris pendant ses déplacements en province.
Le président de la République se défend de s'être engagé dans la campagne des régionales, y compris pendant ses déplacements en province. lefigaro.fr

A moins de deux jours du premier tour des élections régionales, Nicolas Sarkozy s'invite une nouvelle fois dans la campagne. Dans une longue interview au Figaro Magazine, le président exclut de procéder à un vaste remaniement après les élections, mais dit envisager une « nouvelle étape » après la réforme des retraites. Tout en invitant les électeurs de la majorité à se mobiliser, le chef de l'Etat dément à nouveau fermement toute implication dans la campagne.

Publicité

Sous le feu de la critique socialiste, Nicolas Sarkozy n'en démord toujours pas : « Où avez-vous vu que je m'étais engagé dans la campagne ? », demande-t-il, un rien agacé, à nos confrères du Figaro avant tout simplement d'inviter les électeurs de la majorité à se mobiliser pour le scrutin. Et de reprendre l'argumentaire de l'UMP pour fustiger « la frénésie fiscale » qui selon lui « s'est emparée des régions », des régions bien sûr majoritairement dirigées par la gauche.

L'attitude est bien sûr volontairement provocatrice mais, des critiques de l'opposition, Nicolas Sarkozy n'en a cure. A la veille d'un scrutin, qui s'annonce désastreux pour la majorité, l'important pour le président est avant tout de relativiser l'enjeu du scrutin. « A scrutin régional, conséquences régionales », réaffirme ainsi le chef de l'Etat qui exclut donc à nouveau tout remaniement de grande ampleur au lendemain des élections.

La volonté affichée est celle d'aller de l'avant. Au programme : la réforme des retraites, pas de politique de rigueur et puis l'annonce d'une pause dans les réformes au second semestre 2011, histoire de faire un bilan des réformes déjà entreprises. Ça tombe plutôt bien dans le calendrier présidentiel puisque c'est fin 2011 également que Nicolas Sarkozy devrait se prononcer sur sa candidature pour 2012.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail