Accéder au contenu principal
FRANCE

Régionales 2010 : les enseignements du second tour

Dans une déclaration depuis Matignon, François Fillon reconnaît le «succès des listes de gauche», qui représente une «déception pour la majorité».
Dans une déclaration depuis Matignon, François Fillon reconnaît le «succès des listes de gauche», qui représente une «déception pour la majorité». Reuters / Philippe Wojazer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Sans surprise, la gauche l’a emporté au second tour de ces élections régionales en France avec 54,1 %, contre 35,4% pour la majorité présidentielle et 9,4% pour le Front national, selon le ministère de l'Intérieur. Une large victoire sans appel face à la droite dans la quasi-totalité des régions. Un scrutin, dernier test avant la présidentielle de 2012, qui va avoir des conséquences sur la vie politique française.

Publicité

La gauche confirme son succès sans toutefois réaliser le grand chelem. L'UMP qui a réussi a conserver l'Alsace et fait basculer La Réunion, reconnait sa défaite. Le Front national fait un bon score partout où il s'est maintenu et l'abstention est en recul. Voilà ce qui ressort de ce second tour des élections régionales. A gauche, le Parti socialiste est conforté et, avec lui, Martine Aubry. Le PS et ses alliés continueront donc de diriger la quasi-totalité des régions.

Le retour de la gauche plurielle

La victoire a fait naître une gauche plurielle plus verte et mieux équilibrée mais pour l'instant sans consistance programmatique. Du côté du gouvernement, aucun ministre postulant à une présidence de région n'a pu inquiéter la gauche. Nicolas Sarkozy devrait remanier son gouvernement a minima d'ici mercredi. «Un remaniement modeste et technique», a tenu à souligner Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée. François Fillon devrait donc rester en place. Il sera reçu par le chef de l'État ce lundi à 9H. Même si la défaite de la droite est là, «pas question» indique-t-on dans l'entourage du président, de donner un coup de frein aux réformes, notamment à celle des retraites et des collectivités territoriales.

Le retour du Front National

On le disait moribond après sa déroute aux dernières élections mais il n’en est rien. Le parti d’extrême droite avait déjà surpris par son score très élevé au premier tour. Ce dimanche, il récidive avec plus de 8% des suffrages exprimés. Le FN avait pu se maintenir dans 12 régions. Et partout, il a progressé entre les deux tours, d’un point en Alsace ou en Franche-Comté, de deux à quatre points en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Nord-Pas-de-Calais, Lorraine ou Haute-Normandie et de presque 7 points en Languedoc-Roussillon.

Le père est la fille font les scores les plus élevés de la soirée pour leur parti. Jean-Marie Le Pen en Provence-Alpes-Côte d'Azur obtient plus de 22% des voix comme Marine Le Pen dans Nord-Pas-de-Calais. «Nous sommes donc là face à un vote de conviction, un vote d'adhésion», a-t-elle déclaré ce dimanche soir, estimant que le résultat du FN «marquait le paysage pour la prochaine présidentielle».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.