Accéder au contenu principal
Eau / Afrique

Maîtriser l'eau pour faire reculer la faim au Sahel

Un «commiphora africana» mort, retourné sur sa couronne, dans la vallée de l'Azawagh au Niger.
Un «commiphora africana» mort, retourné sur sa couronne, dans la vallée de l'Azawagh au Niger. Edmond Bernus/IRD
Texte par : RFI Suivre
8 mn

Le sommet du Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (Cilss), qui s'ouvre ce jeudi 25 mars 2010 à Ndjamena, devrait voir l'instauration d'une coalition mondiale pour «maîtriser l'eau» et «faire reculer la faim au Sahel». Le sommet de Ndjamena se tient dans un contexte de situation alimentaire préoccupante dans certains pays membres de l'organisation.

Publicité

Les présidents de trois des neuf pays membres de l'organisation sont arrivés dès mercredi soir dans la capitale tchadienne. Le Mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, le Sénégalais Abdoulaye Wade et le Burkinabé Blaise Compaoré ont été accueillis à leur arrivée par leur homologue tchadien Idriss Deby Itno. Le Niger sera représenté par son Premier ministre, Mahamadou Danda, également arrivé hier à Ndjamena. Le président malien, Amadou Toumani Touré, est également attendu.

Première illustration concrète de ce problème du manque d'eau et de son incidence sur l'agriculture et l'élevage. Trois jours avant le sommet des pays membres du CILSS, les éleveurs ouest-africains ont lancé un cri de détresse face à la famine et la sécheresse qui menacent les hommes et leur bétail. Le Réseau Billital Maroobe (Promotion des éleveurs, en peul), a adressé lundi 22 mars 2010 un courrier aux dirigeants des pays de la sous-région.

les éleveurs risquent de connaître la famine, c'est pourquoi on les sensibilise à ne pas se rendre dans des zones où les pâturages sont affectés… Les troupeaux ne sont pas en assez bonne forme pour résister à la transhumance car même là où il y a des pâturages, il n’y a pas d’eau… La sous-région traverse une crise alimentaire et un déficit fourrager. On est donc obligés d’informer l’opinion nationale et internationale…

Le témoignage de Amadou Halilou, président de l’antenne Niger de l'association

Le Mali, malgré les efforts fournis, doit, comme nombre de ses voisins, faire face à un problème d'eau.

Ici tout le monde n’a pas de puit et l’eau potable ne coule dans aucune maison de ce vaste quartier d’Yirimadio à Bamako. Pour en avoir, il faut prendre la direction de l’une des fontaines-bornes publiques de la zone, et là il faut souvent mettre la main à la poche et certains habitants ne sont pas contents…

Le problème de l'accès à l'eau à Bamako avec notre correspondant dans la capitale malienne

 En Mauritanie

Distribution de l'eau à Nouakchott, la capitale mauritanienne.
Distribution de l'eau à Nouakchott, la capitale mauritanienne. (Photo: Jean-Marc Munier)

L’accès à l’eau représente un défi majeur pour Nouakchott. La population de la ville est passée de 8.000 habitants en 1960 à près d’un million aujourd’hui. Jusqu’à ce jour, son alimentation en eau dépend uniquement de la nappe souterraine d’Idini, qui ne couvre que les 2/3 de ses besoins journaliers. Cette situation de carence devrait progressivement changer à partir de septembre prochain, avec l’achèvement des constructions du projet Aftout Es Sahéli. 

Aftout es Sahéli est un projet pharaonique des 340 millions d’euros qui doit permettre d’alimenter Nouakchott en eau potable à partir du fleuve Sénégal. Débutée en 2007, la construction des stations de pompage et de traitement, des lignes électriques, réservoirs d’eau et surtout des quelque 200 kms de conduites, est désormais achevée à 80 %. La mise en activité est prévue en septembre 2010. Les explications de Sidi Ould Mohamed Lemine, directeur de l’unité de gestion du projet….

Les précisions de notre correspondante à Nouakchott

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.