Accéder au contenu principal
Chine / Afghanistan

La Chine manifeste un prudent intérêt à l'égard de l'Afghanistan

Le président afghan Hamid Karzaï (G) les yeux levés, à côté du président chinois Hu Jintao (D) pendant une cérémonie de signature d'accords au Palais de l'Assemblée du peuple à Beijing, le 24 mars 2010.
Le président afghan Hamid Karzaï (G) les yeux levés, à côté du président chinois Hu Jintao (D) pendant une cérémonie de signature d'accords au Palais de l'Assemblée du peuple à Beijing, le 24 mars 2010. Reuters/Jason Lee
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le président de l’Afghanistan Hamid Karzaï a quitté la Chine jeudi 25 mars 2010 après une visite de trois jours. A l’issue de ses entretiens avec les plus hautes autorités chinoises, il apparaît que ces dernières sont tout à fait partantes pour faire des affaires mais beaucoup moins pour s’impliquer davantage dans la sécurisation du territoire afghan.

Publicité

Avec notre correspondant à Pékin, Joris Zylberman

Pas question de s’impliquer davantage dans le conflit afghan, c’est le message en filigrane que les dirigeants ont adressé au président de l’Afghanistan, Hamid Karzaï, tout au long de sa visite de trois jours à Pékin.

Le Premier ministre Wen Jiabao a certes déclaré : «nous allons continuer à combattre le terrorisme et le trafic de drogue», le ministre chinois de la Défense, Liang Guanglie, a certes promis de poursuivre l’assistance militaire à l’armée afghane, à savoir des experts chinois envoyés à Kaboul pour faire de la formation, mais la Chine n’enverra pas de troupes pour soutenir l’effort de guerre contre les talibans, comme le souhaiterait Hamid Karzaï. Et surtout la Chine reste réticente à faire pression sur le Pakistan, avec qui elle entretient des relations militaires et de sécurité étroites. Pékin veut à tout prix échapper au bourbier afghan.

En revanche, les Chinois sont intéressés par les immenses ressources minières de l’Afghanistan. En 2007, une compagnie chinoise a signé un contrat de 3 milliards de dollars pour exploiter l’une des plus importantes mines de cuivre au monde, située au sud de Kaboul. Mais là aussi, le projet avance lentement… Les Chinois attendent que la situation militaire devienne plus sereine, en somme de pouvoir faire des affaires en toute tranquillité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.