Accéder au contenu principal
Sénégal / Indépendance

Fête du cinquantenaire du Sénégal : un anniversaire célébré sans grande conviction

Le monument à la Renaissance africaine.
Le monument à la Renaissance africaine. © RFI / M. Chown Oved
18 mn

Le Sénégal fête cette fin de semaine le cinquantenaire de son indépendance. Temps fort des cérémonies : l’inauguration du monument de la Renaissance africaine. Mais pour beaucoup de Sénégalais, cet anniversaire est trop éloigné des préoccupations quotidiennes.

Publicité

Dakar quartier du « point E ». Un restaurant informel sur le bord de la route. Ici on appelle cela un Tangana. On y sert des frites, des sandwiches et le savoureux café Touba... Un café qui danse entre deux gobelets, versé de l’un à l’autre avant d’atterrir dans la main du client. Mais le Tangana n’est pas qu’un lieu de restauration. Le patron en témoigne bien volontiers : « Les uns discutent de la lutte, plus précisément du grand combat de dimanche entre Yekini et son adversaire », le grand combat de lutte avec frappe du dimanche 4 avril. C'est le sport roi au Sénégal et il met à terre le cinquantenaire dans les discussions qui ont lieu sur le bord de la route.

Oumou Sy

Un basketteur qui vient de prendre place sur le banc du Tangana explique pourquoi le cinquantenaire semble peu mobiliser les Sénégalais. « C’est pas petit de fêter cinquante ans de souveraineté nationale. Mais je pense que le calme qui entoure l’événement est dû aux problèmes sociaux que vivent les Sénégalais. Je pense qu'ils n’ont pas la tête à ça. Ils sont plutôt occupés à chercher de quoi nourrir la famille, de quoi payer l’électricité. Ainsi ils oublient même cette fête de l’indépendance ».

Peu de banderoles et de drapeaux dans les rues de Dakar, pour ce cinquantenaire. Comme si le Sénégal allait sans grande conviction vers cet anniversaire. Beaucoup de Sénégalais à vrai dire, s’interrogent sur le bilan des décennies passées. « L' indépendance, ça signifie rien du tout puisqu’il n’y a pas d’indépendance ici jusqu’à présent... Cinquante ans, oui… mais il y a toujours une dépendance envers l’Europe. ۛ»

Dider Awadi s'exprime sur l'indépendance

Certains s’interrogent à plus haute voix que d’autres. Le très populaire rappeur Didier Awadi vient à la fin de la semaine lancer « Présidents d’Afrique », un disque dans lequel il mêle sons d’archives et musique hip-hop.

Il explique : « On a eu une certaine certaine indépendance sur le plan de la politique, mais pas une indépendance totale. Il y a encore des bases militaires coloniales dans nos pays. Pourquoi on n’utilise pas une monnaie créée par nous à la base ? Le CFA, c’est une monnaie coloniale ! La pêche par exemple, chez nous c’est les bateaux étrangers qui viennent prendre tout le bon poisson ! Résultat des courses, nos gens prennent des pirogues de fortune pour aller en Europe ! Il y a trop de secteurs dans lesquels on n’a pas réussi !!! »

Le monument de la polémique

Mamadou Diouf, historien

Temps fort des festivités de ce cinquantenaire, l'inauguration du monument de la Renaissance africaine. Un homme qui sort d’un volcan. Véritable géant qui porte d’un bras son enfant et de l’autre entraîne sa compagne. Ce monument qui se dresse désormais sur l’une des deux collines du quartier de Ouakam symbolise, pour le président sénégalais, la renaissance africaine après des siècles d’esclavage puis de colonisation. Son édification a cependant donné lieu à de nombreuses polémiques.

Des Sénégalais ont critiqué sa forme trop inspirée de l’architecture stalinienne. D’autres ont déploré la place soumise dévolue à la femme, alors qu’en Afrique les mères font bien souvent vivre les familles. Le pagne qui entoure la taille de cette femme a été jugé trop impudique par certains… tandis que des imams décrétaient ce monument « contraire à l’islam ».

Dossier spécial 50 ans des indépendances africaines
© J-B. Pellerin

Mais c’est l’opposition qui a porté la polémique le plus loin en protestant contre la volonté du président de s’attribuer 35% des recettes générées par la statue. Et ce, alors que des terres du domaine public ont été cédées pour financer les travaux. Dans un communiqué diffusé vendredi 2 avril, la coalition de l’opposition, Benno Siggil Sénégal dénonce à nouveau une «basse opération de spéculation foncière», et accuse Abdoulaye Wade d’avoir voulu «se payer, avec des fonds publics, une statue à sa gloire personnelle».  Elle a appelé à manifester ce samedi matin.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.