Irak / Terrorisme

Une triple attaque-suicide à Bagdad fait au moins 30 morts

Un des trois lieux frappés par des attentats à la voiture piégée, près de l'Ambassade iranienne à Bagdad, le 4 avril 2010.
Un des trois lieux frappés par des attentats à la voiture piégée, près de l'Ambassade iranienne à Bagdad, le 4 avril 2010. REUTERS/Saad Shalash
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Deux voitures piégées ont explosé quasi simultanément dans le quartier de Mansour, dans l'ouest de Bagdad où se trouvent plusieurs ambassades. Une troisième a explosé peu après devant l'ambassade d'Iran dans le centre de la capitale irakienne. Ces attaques surviennent alors que les partis politiques irakiens mènent des tractations pour former le prochain gouvernement, près d'un mois après les élections législatives du 7 mars 2010. Un bilan provisoire fait état d'au moins 30 tués et 224 blessés.

Publicité

Les attentats se sont produits à Bagdad, quelques minutes d'intervalle, dans des rues encombrées par les embouteillages. Deux attentats à la voiture piégée, visiblement coordonnés, ont été perpétrés dans le quartier de Mansour à l' ouest de la capitale irakienne, où se trouvent plusieurs ambassades. L'un a eu lieu non loin de la résidence de l'ambassadeur d'Allemagne, selon un responsable du ministère de l'Intérieur. Un autre, non loin de l'ambassade d'Egypte, une troisième explosion s'est produite à proximité de l'ambassade d'Iran, dans le quartier de Salhiyeh.

Le chargé d'affaires iranien à Bagdad, Kazem Sheikh Forutan, a déclaré, qu'« aucun employé de la chancellerie n'a été touché dans l'attentat » mais que le bâtiment abritant l'ambassade avait « été gravement endommagé ».

Certains groupes veulent empêcher toute démarche de création d'une alliance nationale.

Adel al-Kayar, politologue et universitaire irakien

L'Iran a été récemment accusé d'ingérence dans les affaires irakiennes notamment par le vainqueur des élections législatives, Iyad Allaoui, à la tête du parti laïc. Iyad Allaoui accuse Téhéran de l'empêcher de former un gouvernement et de lui préférer le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki qui conduit l'Alliance pour l'Etat de droit.

« Téhéran, fait remarquer Iyad Allaoui, a d'ailleurs invité la plupart des grands partis irakiens à venir dans la capitale iranienne pour des discussions, sauf ma formation politique ». Les partisans d'Iyad Allaoui ont obtenu 91 sièges au Parlement, contre 89 pour ceux de Nouri al-Maliki.

Bernard Kouchner, a condamné « avec la plus grande vigueur » ces attentats. Leurs auteurs « doivent être poursuivis et traduits devant la justice pour y répondre de leurs actes», a ajouté le ministre français des Affaires étrangères, dans un communiqué à la presse.

De son côté, la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a condamné aussi ces attaques kamikazes survenues dimanche contre des ambassades iranienne, arabes et européennes à Bagdad, et demandé à toutes les parties irakiennes d'appeler à la «retenue».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail