Haïti

Rentrée des classes dans des écoles de fortune à Port-au-Prince

Les enfants attendent le début des cours dans une salle de classe de fortune à Cité-Soleil à Port-au-Prince en Haïti , le 18 mars 2010.
Les enfants attendent le début des cours dans une salle de classe de fortune à Cité-Soleil à Port-au-Prince en Haïti , le 18 mars 2010. Photo :Eduardo Munoz/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Plus de deux mois après le tremblement de terre en Haïti, les enfants de Port-au-Prince vont pouvoir retourner en classe. Dans la capitale haïtienne, 80% des écoles sont détruites ou partiellement endommagées. C'est sous des tentes installées par l'Unicef que se fait la rentrée des classes ce lundi 5 avril 2010. L'objectif de l’Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, est d'arriver à scolariser 700 000 enfants avant l'été.

Publicité

Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

Trouver une pelleteuse pour déblayer les décombres d'un établissement scolaire, acheminer sur place une tente école... depuis deux semaines, l'Unicef s'active avec le ministère de l'Education pour permettre aux enfants de quitter les camps de fortune pendant la journée. Pour Nathalie Hamoudi, du service d'éducation d'urgence de l'Unicef, il est essentiel que les plus jeunes retrouvent un rythme de vie plus normal :

« C’est une rentrée progressive. Nous allons faire le maximum pour rouvrir les sites temporaires, que nous avons montés à l’aide de tentes, et encourager les familles à renvoyer leurs enfants à l’école. Nous avons identifié 120 sites prioritaires sur Port-au-Prince et ses environs. On espère accueillir environ 200 000 enfants. L’apport de l’Unicef est de mettre en place les appuis temporaires, mais c’est aussi d’assurer après le retour des enfants l’appui psycho-social et de fournir du matériel éducatif pour les enfants et les enseignants. »

Pas moins de 900 tentes sont déjà installées dans la capitale pour accueillir les enfants. Dans les zones affectées par le séisme, l'année scolaire va être prolongée jusqu'au mois d'août, mais l'Unicef veut réformer l'ensemble du système scolaire. Un travail de longue haleine : plus de la moitié de la population est analphabète et un quart des Haïtiens de moins de 14 ans n'étaient pas scolarisés avant le séisme.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail