Accéder au contenu principal
Madagascar

Rajoelina prêt à un gouvernement d’union nationale

Andry Rajoelina accepte de partager le pouvoir avec ses adversaires.
Andry Rajoelina accepte de partager le pouvoir avec ses adversaires. Reuters / Siphiwe Sibeko
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Lors d’une intervention télévisée dans la soirée du 14 avril, Andry Rajoelina a annoncé qu’il était prêt à appliquer la nouvelle feuille de route proposée par la France et l’Afrique du Sud. En attendant de connaître la position de l’opposition, qui pourrait intégrer un gouvernement d’union nationale, cette déclaration laisse entrevoir un règlement de la crise. Dans la journée, le ministre des Forces armées, limogé il y a une semaine, a finalement accepté de faire la passation de pouvoir.

Publicité

Andry Rajoelina l’a une nouvelle fois répété : « Il n’est plus question de revenir aux accords de Maputo et d’Addis Abeba ». En revanche, il accepte de partager le pouvoir avec ses adversaires, dans le cadre d’un gouvernement d’union nationale, ouvert notamment à la mouvance de l’ancien président Marc Ravalomanana.

Même s’il assure qu’il ne fait que suivre les résolutions de l’Atelier national, qui s’était tenu début mars, cette annonce n’est cependant pas sans lien avec deux événements récents.

Il y a eu d’abord la visite express d’Alain Joyandet, il y a deux semaines. Le secrétaire d’Etat français à la Coopération était justement venu présenter une feuille de route concoctée avec l’Afrique du Sud qui exhortait Rajoelina et Ravalomanana à accepter de travailler ensemble.

Puis lundi 12 avril, il y a eu cette déclaration ferme des militaires malgaches qui exigeaient qu’une solution soit trouvée et rendue publique d’ici la fin du mois.

Lors de son intervention télévisée, Rajoelina a plusieurs fois assuré qu’il voulait surtout agir pour le bien de son peuple, mais la situation devenait critique pour lui aussi. Désormais, il faut attendre que ces intentions se concrétisent, car depuis un an que les négociations ont débuté, les Malgaches ont appris à rester prudents.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.