BRESIL/RUSSIE/INDE/CHINE

Les BRIC réclament un nouvel ordre mondial plus juste

De gauche à droite : Dmitri Medvedev, Luiz Inacio Lula da Silva, Hu Jintao et Manmohan Singh
De gauche à droite : Dmitri Medvedev, Luiz Inacio Lula da Silva, Hu Jintao et Manmohan Singh AFP PHOTO/Adriano Machado.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les dirigeants des pays du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) ont réclamé jeudi 15 avril 2010 un nouvel ordre mondial plus juste et plus démocratique lors de leur IIe sommet à Brasilia. Le Brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, le Chinois Hu Jintao, le Russe Dmitri Medvedev et l'Indien Manmohan Singh ont participé à un sommet des BRIC avancé de vendredi à jeudi après la décision de Hu Jintao d'écourter sa visite pour regagner la Chine, frappée par un violent séisme.

Publicité

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Annie Gasnier

Au cours des réunions des quatre membres du BRIC, et des trois membres de l´IBAS (Inde, Brésil, Afrique du Sud), une même réclamation : réformer les institutions internationales, tels la Banque mondiale, le FMI ou les Nations unies.

Les émergents revendiquent une juste représentativité en raison de leur poids démographique, ils abritent 40% de la population mondiale, et leur rôle moteur dans la croissance, avec 16% du PIB mondial. Le président Lula a ainsi souligné que ces réunions apportent « une réponse à un monde où l´ordre international est inégal et injuste ».

Le délicat sujet de l´Iran a été traité entre émergents, qui considèrent « discutable » l´efficacité de sanctions et prônent la prolongation des négociations. « Téhéran doit aussi montrer de la souplesse », a concédé le président Lula.

De nombreux accords de coopération ont ponctué ces sommets, notamment celui liant les banques de développement. Les Chinois se sont engagés à construire une usine sidérurgique dans le port d´Açu, près de Rio. Açu sera un port privé, appartenant au milliardaire brésilien Eike Batista.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail