Europe / Transport aérien

Le ciel s'éclaircit en Europe

Photo: Reuters
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Le ciel européen continue de s'éclaircir et le trafic aérien de s'améliorer. Les vols nationaux et internationaux sont de plus en plus nombreux ce mercredi matin 21 avril  en Europe, après six jours de fortes perturbations dues au nuage de cendres craché par le volcan Eyjafjöll en Islande. L'éruption a perdu près de 80 % de sa puissance mais il faudra encore quelques jours pour que le trafic aérien retrouve sa fluiditié.

Publicité

L'embellie se confirme ce mercredi matin dans le ciel européen. Tous les aéroports du nord de l'Europe reprennent du service les uns après les autres.

En Allemagne, le principal aéroport du pays, Francfort, est à nouveau opérationnel. L'aéroport londonien d'Heathrow, le premier d'Europe, a accueilli dès hier soir 23h le premier vol de British Airways en provenance de Vancouver au Canada.

L'espace aérien polonais et les aéroports du pays ont rouvert à 5h TU. Plus au nord, les aéroports finlandais vont eux reprendre du service dès 9h TU et ceux de Norvège au moins pour les cinq prochaines heures.

Quant aux deux plateformes parisiennes, Orly et Roissy Charles de Gaulle, elles poursuivent leur montée en puissance. Air France prévoit d'assurer la totalité de ses vols long-courriers au départ des deux aéroports mais aussi ses vols intérieurs et européens.

Mardi, Jean-Louis Borloo, le ministre français de l'Ecologie et des Transports avait indiqué que la totalité des 70 000 Français encore bloqués hors des frontières seraient rapatriés d'ici à 48 heures.

Quoiqu'il en soit, malgré les assurances des compagnies aériennes et des autorités gouvernementales, il est tout de même prudent de vérifier si son vol est programmé, soit en allant sur les sites internet des transporteurs, soit sur ceux des aéroports de départ.

A lire sur France24.com, témoignages de voyageurs
"Nous pouvons nous payer l'hôtel, mais le budget devient très élevé"

Un soulagement pour des milliers de voyageurs

Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

Le premier Boeing de la British Airways qui arrivait de Vancouver au Canada est arrivé à Londres hier, mardi à 21h40. Ce dénouement est intervenu après une journée de dupe, puisque contrairement à toutes les prévisions on n’avait rien rouvert ce mardi. Au contraire, le volcan qui est responsable de ce blocus avait encore eu un accès de colère et en fin de journée tout était encore fermé, jusqu’à une heure du matin.

Puis soudain, dans la soirée, nous avons appris que British Airways avait fait décoller des quatre coins du monde, 28 appareils qui se dirigeaient vers Londres et juste après, le ministre des Transports a annoncé officiellement la réouverture de l’espace aérien. Une décision prise après l’examen des nouvelles données recueillies pendant ces fameux vols tests que British Airways, comme d’autres compagnies européennes avaient fait.

Immédiatement après, le directeur général de la compagnie qui était très nerveux en expliquant que « pour le moment le plus important était de rapatrier les clients », et qu'il faudrait aussi examiner les circonstances dans lesquelles cette décision de fermeture a été prise. C’est une demande d’explication très claire car British Airways, comme les autres compagnies est tout à fait mécontent de ce qui vient d’arriver

Les clients enfin soulagés de cette réouverture, vont vivre encore des perturbations quelques temps. En effet, il n’est pas possible de remettre en route une machine comme le transport aérien international, en quelques heures. Les avions et les équipages ne sont pas souvent au bon et au même endroit endroit.

Par ailleurs, le dispositif de secours que l’Angleterre avait mis en place, avec Madrid comme base aérienne, reste en place. Les avions long-courriers à destination de l'Angleterre, sont déroutés sur l'Espagne et les passagers sont rapatriés en autocar. La Royal Navy qui a ramené hier de Santander des soldats mais aussi quelques naufragés du volcan vers l’Angleterre, continue son travail.

Mais aujourd’hui les grandes compagnies comme British Airways et Virgin annoncent une priorité pour faire partir des long-courriers. La situation va donc s’améliorer, même si cela prendra plusieurs jours ou plusieurs semaines pour que le trafic aérien reprenne sa fluidité habituelle.

Selon le centre météo britannique Met Office, le volcan crache plus de lave que de cendres et il annonce un changement de vent pour le week-end; des vents qui vont envoyer, cette fois, la fumée vers le Canada.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail