Algérie / Kabylie

A Tizi Ouzou, les Berbères portent toujours haut leurs revendications identitaires

Même à Paris : organisations et associations kabyles et berbères manifestent, place de la République, le 18 avril 2010.
Même à Paris : organisations et associations kabyles et berbères manifestent, place de la République, le 18 avril 2010. kabile.com
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Trentième anniversaire du «printemps berbère» en Algérie et plus particulièrement en Kabylie, mardi 20 avril 2010. Au printemps 1980, l'interdiction d'une conférence de l'auteur Mouloud Mammeri sur la poésie kabyle avait soulevé le milieu estudiantin et universitaire à Tizi Ouzou, en Kabylie, et à Alger. La répression fut alors féroce. Que reste-t-il aujourd'hui de ce mouvement pour la défense de la culture berbère ?

Publicité

Trente ans après le «printemps berbère», la mobilisation de la Kabylie pour défendre son identité, et ceux qui se sont battus pour elle, ne faiblit pas.

Depuis avril 1980, les acquis sont bien là : la langue berbère a été reconnue comme langue nationale et elle est enseignée. Et depuis l’an dernier, il existe aussi une chaîne de télévision en berbère.

Mais ce ne sont pas ces acquis que sont venus commémorer les milliers de Kabyles présents mardi à Tizi Ouzou. Ils entendent maintenant porter de nouvelles revendications. Pour Mohamed Ikherbane est sénateur du parti d’opposition RCD, le Rassemblement pour la culture et la démocratie, « il y a d’abord l’officialisation de la langue. Ceci étant dit, les luttes pour la reconnaissance identitaire sont aussi des luttes pour la démocratie... »

Les jeunes, très nombreux lors de cette marche organisée à Tizi Ouzou, sont près à prendre la relève du combat. Yacine, qui est étudiant, témoigne : « Notre génération a repris le flambeau. Parce que je suis berbère, je dois connaître mon identité, l’histoire de mon pays pour pouvoir me projeter sur l’avenir ». Certains vont plus loin comme les militants du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Ménad, militant du MAK, explique : « Ce qu’ils nous ont donné n’est pas suffisant, je demande une Kabylie autonome c'est-à-dire avec notre politique et nos traditions.»

Cette position reste aujourd’hui minoritaire en Kabylie même si le MAK a réussi à fédérer la plus grande partie des manifestants ce mardi.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail