Accéder au contenu principal
Turquie / Arménie

Ankara estime qu’il n’y a rien de nouveau après le gel de l’accord turco-arménien par Erevan

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.
Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. AFP / Lionel Bonaventure
Texte par : RFI Suivre
1 mn

A Ankara, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a indiqué qu'il restait attaché à un rapprochement avec l'Arménie, mais répété que le succès de ce processus dépendait des progrès sur le Nagorny-Karabakh. L'Arménie a gelé jeudi 22 avril la ratification d'accords historiques avec la Turquie, accusée de vouloir imposer des conditions préalables à leur réconciliation après un siècle d'hostilités.

Publicité

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Si le chef du gouvernement turc a simplement pris note, résume le journal Sabah, et même en gardant la tête particulièrement froide, souligne le Turkish Daily News, c’est que, vu d’Ankara, il n’y a rien de nouveau après l’annonce d’Erevan.

Dans une interview à NTV, le chef de la commission parlementaire des Affaires étrangères, Murat Mercan, explique en effet que devant les deux Parlements, le processus des deux protocoles était déjà de facto suspendu – bien « suspendu » et non gelé, précise-t-il puisqu’ils peuvent à tout moment être mis à l’ordre du jour.

Mais pour cela, la Turquie attend que le conflit du Haut-Karabakh connaisse un début de règlement, que l’Arménie amende un article de sa Constitution qui réclame une partie du territoire turc et qu’elle renonce à employer le terme de génocide sur la scène internationale.

La presse locale, qui se dit tout de même un peu « refroidie » par la décision arménienne, n’est en fait guère surprise. A la veille de la date anniversaire des évènements de 1915, elle veut voir là un moyen de pression. Quant à l’opposition, qui n’a jamais digéré l’accord de Zurich, elle demande, elle, son retrait pur et simple.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.