Etats-Unis / Chine

Droits de l’homme : les Etats-Unis et la Chine vont reprendre le dialogue

Gao Zhisheng,  l'avocat chinois dissident  enlevé par la police le 4 février 2009 et mystérieusement réapparu le 13 avril 2010.
Gao Zhisheng, l'avocat chinois dissident enlevé par la police le 4 février 2009 et mystérieusement réapparu le 13 avril 2010. Reuters/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour la première fois depuis deux ans, la Chine et les Etats-Unis vont parler droits de l'homme. Ce sera les 13 et 14 mai à Washington. Un signe d'apaisement dans les relations tendues entre les deux pays, en désaccord sur de nombreux dossiers. Si la question des droits de l'homme reste un sujet sensible du côté de Pékin, Washington dit s'attendre à des « discussions franches ».

Publicité

Les sujets qui fâchent sont nombreux et il faudra probablement plus de deux jours aux deux pays pour se mettre d'accord. Liberté de religion, Etat de droit, liberté de l'internet ou droit à l'information des citoyens chinois, la liste est longue d'autant plus que sur ces sujets Washington et Pékin ne parlent pas le même langage.

Les ONG et autres organismes de défense des droits de l'homme constatent ces cinq derniers mois une détérioration flagrante de la situation et un durcissement de la Chine.

A l'image de Gao Zhisheng, célèbre avocat et militant des droits de l'homme, enlevé il y a plus d'un an par des policiers et qui a mystérieusement réapparu le 13 avril dans un temple du nord-ouest de la Chine. Il est depuis resté muet sur les circonstances de son enlèvement et de sa détention ; Akmal Shaikh, trafiquant de drogue britannique souffrant de troubles psychiatriques, exécuté malgré les appels à la clémence de ses proches. Sans compter les nombreuses persécutions de disciples du mouvement spirituel Falungong et un durcissement vis-à-vis des dissidents.

Dernier exemple en date : une dizaine de dissidents, activistes des droits de l'homme ont été arrêtés par la police de Shanghai, dans une opération de « nettoyage » en prévision de l'Exposition universelle. Signe distinctif de tous les cas précités : tous sont connus et défendus par la communauté internationale. A se demander s'il s'agit d'un choix délibéré de Pékin. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail