Pérou

Perou : nomination d'un officier très controversé

Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un général de police péruvien accusé d'homicides vient d'être nommé membre d´une commision officielle, en charge de la défense d´officiers accusés de violations aux droits de l´homme. Une décision qui n´étonne pas mais scandalise de nombreux défenseurs des droits de l'homme au Pérou.

Publicité

Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

Son nom est devenu familier des péruviens en juin 2009. Luis Elias Muguruza, ancien chef de la Direction des opérations spéciales, était alors à Bagua au nord du pays, pour obtenir la réouverture d´une route bloquée par des indigènes protestant contre le gouvernement.

L'opération, mal menée, aboutira à la mort de onze civils et vingt-quatre policiers. Accusé par la presse d´avoir trop célébré son anniversaire la veille, le général Muguruza fait l'objet de plusieurs plaintes. La justice militaire cherche à savoir s'il est coupable de négligences ayant provoqué la mort de plusieurs de ses hommes alors que la justice civile l´accuse avec dix-sept autres officiers d´être le responsable de la mort de quatre indigènes.

Même s'ils admettent que la présomption d'innocence s'applique à tous, de nombreux défenseurs des droits de l´Homme s'étonnent qu'un officier ainsi mis en cause se retrouve membre d'une commission du ministère de l'Intérieur, devant coordonner la défense d'officiers accusés de violations des Droits de l'Homme dont lui-même.

Beaucoup rappellent que les ministères de la Défense et de l'Intérieur ont toujours refusé de donner les noms de leurs hommes accusés de disparitions, tortures et assassinats durant l'époque de la violence politique.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail