Belgique / Femmes / Islam

En Belgique, le Parlement interdit le port du voile intégral

Résultats du vote des parlementaires belges réunis en session plenière à Bruxelles , le 29 avril 2010.
Résultats du vote des parlementaires belges réunis en session plenière à Bruxelles , le 29 avril 2010. Yves Herman/ Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Belgique est devenue, ce jeudi 29 avril, le premier pays occidental à interdire le port du voile intégral musulman dans les espaces publics y compris la rue. Les députés belges ont voté à la quasi-unanimité. La question fait débat dans plusieurs pays européens. En France, le gouvernement prépare aussi un projet de loi visant à l'interdiction du port du voile islamique intégral dans l'espace public.

Publicité

Avec notre bureau à Bruxelles,

Par 136 voix pour, sur les 138 députés de tous bords présents, la chambre basse du Parlement belge a adopté la loi interdisant à quiconque de se trouver dans l’espace public le visage masqué ou dissimulé par un vêtement qui empêcherait son identification.

Ceci vise aussi le port du casque intégral, visière baissée, lorsque l’on ne pilote pas un deux-roues. En Belgique, le texte est déjà appelé la «loi anti burqa» et c’est bien plus de cela qu’il s’agit.

La quasi-unanimité des élus, pourtant en pleine crise politique, a tenu à soutenir cette initiative, les uns au nom de la cause de la femme, les autres pour ôter un obstacle à l’intégration d’immigrés.

Par «espace public», l’on doit comprendre les rues et routes, les parcs, les bâtiments de l’administration, mais aussi les commerces, y compris les restaurants et hôtels. Les dérogations existent lors des fêtes populaires comme le carnaval. En cas d’infraction, les amendes prévues tiennent cependant du symbolique. Elles s’échelonnent de 15 à 25 euros seulement.

Le Sénat à son tour devrait suivre, pour une entrée en vigueur au premier juillet prochain.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail