Sahel / Lutte contre le terrorisme

La coopération contre le terrorisme dans la zone sahélienne s'organise sur le terrain

Le désert de Tamanrasset, au sud de l'Algérie, région frontalière avec le Niger et le Mali
Le désert de Tamanrasset, au sud de l'Algérie, région frontalière avec le Niger et le Mali Photo : Str /AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le quartier général conjoint chargé de coordonner la lutte contre al-Qaïda dans le désert du Sahara, basé à Tamanrasset, va tripler ses effectifs dans les deux ans à venir. C'est ce qu'a annoncé la télévision algérienne. Des effectifs qui passeraient de 25.000 à 75.000 d’ici 2012.

Publicité

L’Algérie, qui se place à la pointe de la lutte antiterroriste, abrite depuis une dizaine de jours à Tamanrasset, à 2 800 km au sud d’Alger, un comité d'état-major opérationnel conjoint. L'Algérie, le Mali, la Mauritanie et le Niger y siègent.

Objectif : opposer un front commun aux actions de déstabilisation de quelque 500 terroristes affiliés à al-Qaïda et à leurs alliés narcotrafiquants. Les quatre pays entendent empêcher que ces groupes terroristes ne fassent de cette région subsaharienne leur base arrière et qu’ils y recrutent au sein d’une population frappée par la sécheresse et la misère.

On ne connaît pas encore la mécanique de fonctionnement de ce comité d’état major quadripartite. Une certitude cependant, il ne restera pas les bras croisés. Des opérations militaires conjointes contre les terroristes et leurs alliés contrebandiers seront lancées incessamment. Il s’agira aussi de renforcer la surveillance des frontières communes. Pour cela, 25 000 hommes sont mobilisés parmi lesquels des sources algériennes informées intègrent 5 000 touaregs maliens qui connaissent parfaitement le terrain. Cet effectif triplerait d’ici 2012, selon la télévision algérienne.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail