AFRIQUE DU SUD

La ministre sud-africaine de la Défense veut rétablir le service militaire

La ministre sud-africaine de la Défense, Lindiwe Sisulu en compagnie du président Jacob Zuma, le 26 mars 2010.
La ministre sud-africaine de la Défense, Lindiwe Sisulu en compagnie du président Jacob Zuma, le 26 mars 2010. AFP/Peter Busomoke

La ministre sud-africaine de la Défense, Lindiwe Sisulu, souhaite réintroduire le service militaire afin de canaliser l'énergie d'une partie de la jeunesse sans perspective d'emploi. Avec son taux de criminalité record et un système éducatif défaillant, le pays tente de trouver des solutions pour que les jeunes, à la sortie de l'école, ne deviennent pas des délinquants en puissance.

Publicité

Les jeunes en colère et sans emploi devraient rejoindre l’armée, c’est le message de Lindiwe Sisulu. La ministre de la Défense sud-africaine souhaite réintroduire le service militaire, mais uniquement sur la base du volontariat. Il ne s’agit pas tant de former des soldats mais plutôt de créer une nouvelle génération de bons citoyens.

A la sortie de l’école, la moitié des jeunes actifs entre 18 et 24 ans se retrouvent au chômage, et selon Lindiwe Sisulu, le principal fléau de la jeunesse est le manque de discipline. Avec 50 meurtres par jour, l’Afrique du Sud a l’un des taux de criminalité les plus élevés au monde. L’objectif est donc de donner aux plus désemparés le sens des valeurs, de l’ordre et du patriotisme.

Si l’idée est bien accueillie par la société civile, une proposition de loi devrait être déposée au Parlement, d’ici un an. Reste à savoir comment financer un tel projet. Le budget attribué à la défense s’élève à 3 milliards soixante dix millions d’euros cette année, déjà bien trop peu, selon la ministre, pour que l’armée puisse assurer toutes ses missions.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail