5ème Conférence internationale des Océans

Il est impératif de préserver la biodiversité des océans

Dan Crowell/ Unesco

La cinquième conférence mondiale sur les Océans les côtes et les Iles a refermé ses portes ce 7 mai 2010, à Paris. Les océans couvrent les deux tiers de la planète et les débats ont largement été organisés autour du thème des enjeux de la préservation de leur biodiversité.

Publicité

Elle se tenait sous l'égide de l'Unesco et s'inscrivait à mi-chemin entre la conférence de Copenhague de décembre dernier sur le changement climatique et la conférence des parties de la Convention sur la diversité biologique, qui aura lieu à Nagoya (Japon) en octobre 2010.

Lors du sommet mondial sur le développement durable en 2002, l'objectif fixé par les grands acteurs de la communauté mondiale des océans était de réduire de 10% le taux de perte de biodiversité d'ici 2010.

Doper les politiques régionales

Il faut améliorer la gouvernance des océans à toutes les échelles.

Mêmes enjeux de préoccupation pour les 80 pays réunis

Aujourd'hui, à moins de six mois de la conférence de Nagoya sur la biodiversité (prévue en octobre 2010) le taux plafonne à 6,5%. L’objectif était-il donc trop ambitieux et donc impossible à atteindre ?

Parmi les recommandations de la 5e conférence mondiale, la question des aires marines protégées devrait être particulièrement saillante. Objectif majeur : doper les politiques régionales pour parvenir à une cohérence globale -nécessaire si l’on veut garantir la survie des écosystèmes marins : mardi 6 mai 2010, quelque 48 scientifiques se sont succédé à la tribune en ce sens.

Si tout le monde s’entend sur le cap à garder, il n’en demeure pas moins qu'il faut agir vite. En ligne de mire, la définition d'une nouvelle feuille de route à Nagoya en octobre prochain.

La 5ème Conférence internationale des Océans est organisée dans le cadre du 50ème annniversaire de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) et de la célébration de l’Année internationale de la biodiversité, 2010.

Agenda :

3 et 4 mai : un symposium politique, scientifique et technique (), se poursuivra par des tables 5 mai : rondes et réunions des groupes de travail
6 et 7 mai : une conférence politique

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail