Accéder au contenu principal
Thaïlande

En Thaïlande, les «chemises rouges» durcissent leurs exigences

Les leaders des « chemises rouges » face à des milliers de manifestants à Bangkok, le 10 mai 2010.
Les leaders des « chemises rouges » face à des milliers de manifestants à Bangkok, le 10 mai 2010.
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les « chemises rouges » ont décidé de poursuivre leur mobilisation dans le centre de Bangkok. Et alors qu’un accord était en cours de conclusion avec le gouvernent thaïlandais pour mettre fin à la crise politique qui secoue le pays depuis plusieurs mois, les leaders des « chemises rouges » ont avancé de nouvelles conditions lundi 10 mai 2010. Ils ont éxigé que le vice-Premier ministre Suthep Thaugusban se rende à la police afin de répondre des violences du 10 avril qui ont fait 25 morts et plus de 800 blessés.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

C’est un nouvel épisode dans cette interminable série qu’est la crise politique thaïlandaise. Alors qu’un accord semblait avoir émergé sur un plan de réconciliation, incluant une dissolution du Parlement en septembre et des élections à la mi-novembre, les « chemises rouges » semblent revenir sur leur première réaction. Pas de dispersion, ont annoncé leurs leaders sur la scène au centre du quartier de Rajprasong tant que le vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban ne se sera pas livré à la police pour faire face à une plainte déposée à son encontre.

Les « chemises rouges » l’accusent d’avoir ordonné à l’armée de lancer un assaut contre les manifestants lors des affrontements meurtriers du 10 avril 2010. Avec une rapidité surprenante Suthep a annoncé qu’il allait se rendre mardi au siège de l’unité de police qui a reçu la plainte. Dans les minutes suivantes, le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a indiqué qu’il se livrerait aussi à la police si le Parlement l’acceptait. Pris à leur propre jeu, les leaders des « chemises rouges » ont réagi en disant que finalement ils rejetaient cette décision des leaders du gouvernement qu’ils réclamaient un instant plus tôt.

De leur coté, les Bangkokois sont unanimes dans leur attitude face-à cette tragi-comédie : ils éprouvent un profond sentiment de lassitude.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.