Accéder au contenu principal
OCDE/Israël

L’admission d’Israël à l’OCDE contestée par les Palestiniens

Logo de l’Organisation de développement économique (OCDE)
Logo de l’Organisation de développement économique (OCDE) OCDE
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les ambassadeurs de l’Organisation de développement économique (OCDE), réunissant  les 31 nations les plus riches de la planète, ont donné le 10 mai 2010, leur feu vert unanime, à l’entrée d’Israël comme membre de cette institution. Une décision saluée par Israël, mais, contestée par les Palestiniens au nom des droits de l'homme. 

Publicité

« C'est un succès historique », s'est félicité le ministre israélien des Finances, Youval steinitz. Un succès historique difficile à obtenir selon lui. « Il aura fallu quatre ans d’efforts a-t-il déclaré dans un contexte économique international en crise».
L'OCDE réunit les Etats les plus riches de la planète. L’organisation cherche à coordonner les politiques économiques des pays les plus développés.

Les pays membres de l'OCDE rassemblent 60% des richesses mondiales. Une entrée dans ce club, justifiée entre autre pour Israël, par une croissance du PIB aux alentours de 0,5% et qui aura surtout l'avantage de ramener encore plus d'investissements étrangers dans le pays. Mais une entrée également contestée, surtout par les Palestiniens. Ils font valoir qu'Israël est une puissance occupante et que ses frontières ne sont toujours pas définies.

En définissant donc un «territoire économique israélien» qui inclut le Golan syrien, les territoires palestiniens de Cisjordanie occupés, et Jérusalem-Est, illégalement annexée, L'OCDE, affirment les Palestiniens, prend l'extraordinaire responsabilité de prédéterminer les frontières politiques d'Israël contre toutes les règles et les normes de la législation internationale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.