Sciences / Santé

Pas de preuve de lien entre téléphone portable et cancer

L'étude d'Interphone n'a pas permis d'établir un lien entre l’utilisation des téléphones portables et la survenue de cancers.
L'étude d'Interphone n'a pas permis d'établir un lien entre l’utilisation des téléphones portables et la survenue de cancers. Reuters/Suzanne Plunkett

Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient de publier les résultats de son étude Interphone pour évaluer le lien entre téléphone portable et cancer. Pendant près de dix ans, le CIRC émanant de l’Organisation mondiale de la Santé, a mené des recherches dans 13 pays de par le monde sur le risque encouru par les utilisateurs de téléphones portables. Selon son rapport, il n’y aurait pas de lien avéré entre l’utilisation des téléphones portables et la survenue de cancers." > Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) vient de publier les résultats de son étude Interphone pour évaluer le lien entre téléphone portable et cancer. Pendant près de dix ans, le CIRC émanant de l’Organisation mondiale de la Santé, a mené des recherches dans 13 pays de par le monde sur le risque encouru par les utilisateurs de téléphones portables. Selon son rapport, il n’y aurait pas de lien avéré entre l’utilisation des téléphones portables et la survenue de cancers.

Publicité

Cela faisait dix ans qu’on les attendait. Les conclusions de l’étude Interphone, la plus vaste recherche menée à ce jour sur les risques de santé liés à l’utilisation de la téléphonie mobile viennent d’être publiées. Selon elles, les utilisateurs de téléphones portables n’encourraient pas de risques accrus de cancer.

Cependant, le CIRC à l’origine de ce rapport, estime qu’il faut poursuivre cette étude car en l’espace de dix ans, l’usage des téléphones portables a beaucoup changé. Il est devenu beaucoup plus populaire et touche désormais de nouvelles cibles comme les adolescents qui n’ont pas été étudiées dans le cadre d’Interphone.

Les résultats varient selon les pays

Lancée en 2000, dans 13 pays, cette étude devait établir sur une décennie un hypothétique lien entre l’utilisation des portables et l’apparition de tumeurs du cerveau, du nerf acoustique et de la glande salivaire. Si les utilisateurs qui téléphonent moins de 5 minutes par jour avec leur portable n’encourent pas de risques, ceux qui en font un usage excessif sont exposés à un risque de cancer du cerveau accru de 40%.

Mais les résultats varient selon les pays. Le débat sur l’impact des ondes sur le métabolisme a donc de beaux jours devant lui.

Stephen Kerchove, délégué général de l’association Agir pour l’environnement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail