etats-unis

Barack Obama donne les grandes lignes de sa stratégie en matière de sécurité nationale

A West Point, le président Obama donnait en avant-première les grandes lignes de sa stratégie en matière de sécurité nationale.
A West Point, le président Obama donnait en avant-première les grandes lignes de sa stratégie en matière de sécurité nationale. REUTERS/Larry Downing

S’adressant à la promotion sortante de l'académie militaire de West Point, le président Obama a donné, en avant première, les grandes lignes de sa stratégie en matière de sécurité nationale, qui doit être rendue publique dans les prochains jours. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle diffère de celle de son prédécesseur.

Publicité

Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

A la doctrine de guerre « préemptive » qui implique une intervention militaire en cas de menace avérée, et à un internationalisme « distinctement américain », proclamés par George Bush en juin 2002, également à l’école militaire de West Point, Barack Obama préfère « un nouvel ordre international », reposant sur la coopération et le partenariat avec le reste du monde pour affronter les défis économiques, militaires et environnementaux de l’avenir.

Même s’il privilégie la diplomatie sur l’usage de la force, il n’en reste pas moins conscient qu’il a deux guerres sur les bras et que son pays a été la cible au cours des cinq derniers mois de deux tentatives d’attentats qui auraient pu être meurtriers. A la promotion 2010, il a donc promis le soutien total d’une nation fière et reconnaissante.

« Le combat en Afghanistan s'achèvera par une victoire »

Comme beaucoup de jeunes sous-lieutenants partiront pour l’Afghanistan, il les a prévenus que « le combat sera difficile mais s’achèvera », a-t-il ajouté, « par une victoire ».

Quant à l’Irak, Barack Obama estime qu’il pourra devenir, après le départ des Américains, « souverain, stable et auto-suffisant ». Le président a reçu des mains du major de la promotion une épée, symbole approprié d’une doctrine qui, tout en tendant au monde une branche d’olivier n’en exclut pas, en cas de besoin, l’usage du glaive.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail