Jamaïque

Le gouvernement jamaïcain instaure l’état d’urgence

Un station de police brûle, à Kingston, où l'état d'urgence à été instauré dimanche.
Un station de police brûle, à Kingston, où l'état d'urgence à été instauré dimanche. Reuters TV

Le gouvernement jamaïcain a instauré dimanche 23 mai l'état d'urgence à Kingston, où des gangs fortement armés ont érigé des barricades depuis le 21 mai et attaqué la police pour empêcher l'arrestation d'un parrain de la drogue, Christopher «Dudus» Coke, menacé d'extradition vers les Etats-Unis. Dans son adresse à la nation, le Premier ministre, Bruce Golding, a menacé les gangs d'une ferme riposte.

Publicité

Bruce Golding, Premier ministre de la Jamaïque :

« L’état d’urgence va permettre aux forces de sécurité de faire usage de pouvoirs extraordinaires, nécessaires pour faire face à cette extraordinaire situation. Cela inclut la possibilité de restreindre la liberté de mouvement et de mettre en détention des personnes suspectées d’être impliquées dans ces activités illégales. Ces mesures sont nécessaires pour rétablir l’ordre dans notre pays. »

« Les criminels et les responsables de cette violence seront arrêtés et jugés. Il ne sera pas permis aux éléments criminels qui ont placé la société en état de siège de triompher. J’appelle tous les citoyens au calme, et je leur demande de soutenir ces mesures. Mon gouvernement est déterminé à ce que la Jamaïque reste une terre de paix, d’ordre et de sécurité. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail