Sommet Afrique - France

Sommet Afrique-France: 38 dirigeants africains se réunissent à Nice pour un «sommet du renouveau»

La ville de Nice accueille les lundi 31 mai et mardi 1er juin le sommet Afrique - France.
La ville de Nice accueille les lundi 31 mai et mardi 1er juin le sommet Afrique - France. Getty/Scott E Barbour

Le 25e sommet Afrique-France qui s’ouvre lundi 31 mai 2010 à Nice, dans le sud de la France, doit réunir 38 dirigeants africains, dont le président sud-africain Jacob Zuma, qui aura un déjeuner en tête-à-tête avec le président français Nicolas Sarkozy. Invité notable aussi : le président algérien Abdelaziz Bouteflika, ce qui selon les observateurs pourrait marquer un dégel des relations entre Alger et Paris. Par contre, on sait depuis longtemps que le président ivoirien Laurent Gbagbo ne viendra pas. Cette rencontre est annoncée comme celle du « renouveau ».et sera axée sur l'économie, avec une série de rendez-vous entre entreprises françaises et africaines.  

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Nice, Jean-Karim Fall

Nous voulons une représentation africaine dans toutes les institutions internationales mais on ne va pas l’imposer.

Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères

Sur la promenade des anglais, les touristes côtoient des dizaines de policiers en tenue ou en civil. Des panneaux électroniques indiquent aux Niçois que la circulation sera perturbée. Dans les palaces, le ballet des limousines est incessant. Les délégations commencent à arriver. 33 chefs d’Etat et cinq Premiers ministres sont attendus.

Pendant 24 heures, entre lundi midi et mardi midi, les participants vont plancher, lors de trois réunions à huis clos, sur les sujets suivants :

- La place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale, en clair le rôle et la place de l’Afrique au sein du Conseil de sécurité des Nations unies.

- Le renforcement de la paix et de la sécurité sur le continent. On évoquera, lors de ce huis clos, les questions relatives aux menaces transnationales, le trafic de drogue, le terrorisme dans la bande sahélo saharienne, et la piraterie.

- Climat et développement. Dans la foulée de Copenhague, les Français et les Africains souhaitent préparer ensemble le prochain sommet à Cancun, au Mexique.

Notre dossier spécial

Un mini-sommet sur les grands lacs était initialement prévu. Il n’aura pas lieu en raison de l’absence du président Kabila. « C’est embêtant », affirme-t-on côté Français.

Abdelaziz Bouteflika est attendu. C’est un évènement car les relations entre Paris et Alger ne sont pas au beau fixe actuellement.

 

Depuis deux ans, Abdelaziz Bouteflika ne s’était pas rendu en France, où il est pourtant officiellement invité. Une visite d’Etat en France avait été programmée en 2009, mais le président Algérien n’a pas répondu à l’invitation. Il faut dire que les relations entre les deux pays se sont dégradées.

La liste des sujets conflictuels entre les deux pays s’est allongée : le passif colonial, qui a récemment rebondi avec la polémique autour du film Hors-la-loi de l’Algérien Rachid Bouchareb, l’inscription de l’Algérie sur la liste des  « pays à risques » dans le domaine de la sécurité aérienne.

Dans ce contexte, l’arrivée du président algérien sur la Promenade des anglais est en soi un évènement. « Les deux présidents se parleront », voilà ce qu’affirme un haut responsable français, à propos de Nicolas Sarkozy et Abdelaziz Bouteflika. Ils se parleront, mais le programme officiel ne prévoit que deux rencontres bilatérales pour le président Français : l’une avec le sud africain, Jacob Zuma et l’autre avec le Nigérian Goodluck Jonathan.

En fait, selon une source diplomatique, le président algérien aurait tenu à être à Nice pour participer au débat sur la place de l’Afrique dans la gouvernance mondiale, en clair le débat sur le futur siège de l’Afrique au Conseil de sécurité des Nations unies. Trois prétendants sérieux sont présents : le sud-africain, Jacob Zuma, le Nigérian Goodluck Jonanthan et l’Egyptien Hosni Moubarak. Les Algériens ne pouvaient donc pas pratiquer la politique de la chaise vide.
 

 

L'agenda de Nicolas Sarkozy ne comporte que deux rencontres bilatérales

Le président français, Nicolas Sarkozy, a prévu de rencontrer en tête-en-tête deux de ses homologues, deux poids lourds du continent : le Sud-africain Jacob Zuma et le Nigérian Goodluck Jonathan. Le Nigeria, premier producteur africain de pétrole et l’Afrique du sud, première puissance économique du continent.

L’économie sera donc l’un des temps forts de ce sommet. Les organisateurs ne s’en cachent pas. En marge des travaux, plusieurs ateliers sont prévus entre les patrons africains et les patrons français.

Soixante-cinq grandes entreprises française seront présentes : le groupe Accor pour l’hôtellerie, Carrefour, France Télécom, Bolloré, Saint Gobain, Renault…

Côté africain, plus de 130 patrons sont attendus.

La journée sera rythmée par plusieurs ateliers :

- Le renforcement des dispositifs juridiques. Il sera animé par Anne Marie Idrac, secrétaire d’Etat chargée du Commerce extérieur.
- L’accès des entreprises aux financements, un atelier dirigé par Christine Lagarde, ministre de l’Economie.
- Le renforcement de la compétitivité des entreprises africaines.
- La responsabilité sociale et environnementale. Cet atelier devrait permettre, selon une source française, d’aider les Etats africains à « bénéficier du marché du carbone ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail