Coupe de l'America: le retrait d'Alinghi jette une ombre sur la "Cup"

Publicité

La décision du "syndicat" suisse Alinghi de ne pas participer à la prochaine Coupe de l'America, en 2013, jette une ombre sur cette compétition, désormais privée de l'un de ses acteurs majeurs, vainqueur de l'épreuve en 2003 et 2007.

Il n'y aura donc pas en 2013 de revanche des deux régates perdues en février à Valence (Espagne) par le catamaran géant d'Alinghi d'Ernesto Bertarelli face au maxi trimaran de BMW Oracle de Larry Ellison.

"Après un examen attentif du 'protocole' (ndlr: règlement) et autres initiatives prises par le 'defender' américain (BMW Oracle) et son 'challenger of record' (ndlr: le "syndicat" italien Mascalzone Latino de Vincenzo Onorato), Alinghi estime que les conditions existantes rendent impossible sa participation à la 34e Coupe de l'America", indique un communiqué publié jeudi soir.

Détenteurs de l'aiguière d'argent (the 'Auld Mug') depuis leur victoire sur Alinghi, les Américains de BMW Oracle ont fixé le format de la prochaine Coupe. Celle-ci se disputera avec de nouveaux bateaux, des catamarans de type AC72 (environ 22 mètres de long) à "aile" (voile) rigide.

Le plan d'eau où doivent se dérouler les régates n'a par contre pas encore été choisi, même si San Francisco (Californie) fait figure de favori.

La rumeur d'un retrait d'Alinghi courait les pontons depuis déjà plusieurs mois. Il fait suite à ceux des Britanniques de TeamOrigin et des Allemands de Team Germany, qui ont eux aussi déclaré forfait ces dernières semaines.

Dans une interview publiée en octobre par le magazine Yachting World, Keith Mills, le "patron" de TeamOrigin, avait justifié son retrait par le fait qu'"il n'y a pas assez de temps pour concevoir deux multicoques (ndlr: dont un "lièvre" d'entraînement) et apprendre à s'en servir". Contrairement au "défender" (ndlr: américain), qui bénéficiera donc selon lui d'un avantage considérable.

En outre, ajoutait-il, "les coûts seront de 20% supérieurs" à ceux des courses disputées avec des Class America (monocoques).

"Nous avons donc une compétition à laquelle très peu de marins ont participé (en multicoques), très peu d'architectes ont pris part et pour laquelle le coût est prohibitif", résumait-il.

Des propos que la plupart des "syndicats" ayant renoncé ne démentiront certainement pas.

Au 1er novembre, seulement quatre inscriptions avaient été déposées par des "syndicats" voulant participer aux épreuves de sélection en vue de défier BMW Oracle et le Golden Gate Yacht Club (GGYC) en 2013. Dont Mascalzone Latino, qui représente le Club Nautico di Roma.

Selon Iain Murray, président de l'America's Cup Race Management (ACRM), deux autres prétendants ont fait acte de candidature. "Nous ne donnerons pas les noms des deux équipes, a-t-il dit, car nous sommes en train de vérifier qu'elles remplissent les conditions d'inscription". D'autres candidatures sont attendues prochainement, selon lui.

De source informée, les Suédois d'Artémis auraient confirmé leur participation.

En France, Bertrand Pacé -meilleur spécialiste français de la "Cup"- et le syndicat ALEPH ont annoncé qu'ils s'engageraient dans la 34e Coupe s'ils réunissent un budget de 50 millions d'euros pour une campagne de trois ans.

Soutenus par la Fédération française de voile (FFV), ils veulent être l'équipe de France et devraient procéder à des annonces importantes dans les prochains jours, a confié à l'AFP Philippe Ligot, directeur général d'ALEPH.

La situation devrait en tous cas se décanter assez vite puisque la clôture des inscriptions pour la Cup 2013 est fixée au 1er mars 2011.