Droits télé du Top 14: SFR renonce et conteste la procédure

Publicité

Paris (AFP)

SFR ne se portera pas candidat à l'acquisition des droits de diffusion télévisée du Top 14 de rugby pour les saisons 2019/2020 à 2022/2023, dont il conteste la procédure d'attribution, selon une information parue mardi sur le site des Echos confirmée par des sources proches du dossier.

Alors que la Ligue nationale de rugby (LNR) clôture mercredi son appel d'offres, la maison mère de SFR, le groupe Altice, critique cette procédure jugée trop accélérée, qui pourrait avantager l'alliance Canal+-BeIn, selon les Echos.

Le patron d'Altice, Patrick Drahi, a exposé ces griefs dans un courrier à la LNR, qui n'a pas souhaité s'exprimer avant la clôture de l'appel d'offres. Il a aussi prévenu par lettre l'Autorité de la concurrence, a confirmé une porte-parole de l'Autorité à l'AFP.

Après avoir attribué en janvier les droits audiovisuels du Top 14 pour les saisons 2015/2016 à 2018/2019 à Canal+, la LNR avait décidé d’attribuer de façon anticipée les droits du Top 14 pour les saisons 2019/2020 à 2022/2023.

Cette décision était due au "besoin de visibilité de la LNR et des clubs sur leurs ressources et sur les conditions d’exposition audiovisuelle du Top 14", expliquait-elle dans l'appel d'offres lancé le 15 avril. Elle évoquait également la recomposition du paysage des chaînes sportives.

Le rapprochement en cours entre Canal + et beIN Sports, qui attend encore une validation de l'Autorité de la concurrence, mais aussi l'émergence de Ma Chaîne Sport (Altice) ou la prise de contrôle totale d'Eurosport par le groupe américain Discovery ont provoqué une ébullition dans le secteur des droits sportifs.

La candidature d'Altice pour le Top 14 était attendue car, en plus de posséder les droits du rugby anglais, le groupe a multiplié les achats de droits de diffusion et a annoncé la création de cinq nouvelles chaînes sportives.

Les géants du sport Canal+ et BeIn ont annoncé de leur côté avoir noué un partenariat fin avril, qui doit être validé par l'Autorité de la concurrence avant la fin du mois.

Saisie par beIN, cette même Autorité avait suspendu le précédent accord de diffusion conclu en 2014 entre la LNR et le groupe Canal+, pour cause d' "entente anticoncurrentielle". La LNR avait dû lancer un nouvel appel d'offres, remporté par Canal+ pour un montant record de 355 millions d'euros.