Accéder au contenu principal

Escrime: un lendemain qui déchante pour l'équipe de France aux Championnats d'Europe

3 mn
Publicité

Le clan français a connu un lendemain qui déchante mardi lors des deux premières épreuves par équipes aux Championnats d'Europe d'escrime à Leipzig, contrairement à l'Italie qui a conservé ses deux titres au sabre masculin et au fleuret féminin.

La médaille d'or décrochée par Jean-Michel Lucenay à l'épée lundi n'a pas eu l'effet dopant sur le reste des troupes escompté par l'encadrement. A cette soirée de gala a succédé un matin morne, où tout espoir de médaille s'était envolé dès les premiers matches, avant même les douze coups de midi.

La déception est d'autant plus forte, que les sabreurs - double tenants du titre olympique - et les fleurettistes entraient dans la compétition directement en quarts de finale et pouvaient espérer atteindre au moins le bronze comme ils l'avaient fait lors du dernier Euro.

Le trio de sabreurs, Julien Pillet, Nicolas Lopez, et Boladé Apithy - médaillé de bronze en individuel samedi - s'est incliné face aux Allemands, emmenés par le champion du monde et vice-champion d'Europe Nicolas Limbach, par 45 touches à 36.

Auparavant, les fleurettistes Corinne Maîtrejean, Astrid Guyart et Virginie Ujlaky, avaient été stoppées par les Polonaises, sur lesquelles elles avaient pourtant pris un bel avantage (45 à 40).

"Nous allons nous préparer pour ne pas faire les mêmes erreurs aux Mondiaux à Paris", a souligné Corinne Maîtrejean, la dernière tireuse. "La grande coupure d'un mois et demi va faire du bien. Peut-être qu'on reviendra bien motivées, avec l'envie de tout défoncer" au Grand Palais (4-13 novembre).

Les deux collectifs, réduits à jouer la cinquième place au classement, avaient déjà plié bagages à l'heure des finales, qui ont viré au festival italien.

En fleuret, la victoire de la Squadra Azzura sur l'Allemagne a permis à sa vedette, la triple championne olympique Valentina Vezzali, de faire le doublé individuel et par équipes comme l'an dernier. La plus grande fleurettiste de tous les temps quitte Leipzig avec en poche une cinquième médaille d'or continentale en solo et une quatrième en quatuor.

En sabre, les Italiens avaient bien failli passer à la trappe en quarts de finale face au Bélarus, mais leur champion des Jeux d'Athènes en 2004, Aldo Montano, les a sauvés d'une situation semblant désespérée pour s'imposer sur le fil (45-44). Leur mésaventure ne s'est pas répétée en finale où ils ont dominé l'Ukraine (45-28).

Avant les quatre dernières épreuves au programme, l'Italie a repris la tête au classement des nations, avec 7 médailles, dont quatre en or, devant la Russie.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.