Accéder au contenu principal

JO-2018: que peuvent espérer les Bleus jusqu'à dimanche?

4 mn
Publicité

Pyeongchang (Corée du Sud) (AFP)

Dix médailles, c'est le total pour le moment récolté par l'équipe de France aux JO de Pyeongchang, soit l'exacte moitié de l'objectif espéré par la Direction technique nationale au terme des Jeux, dimanche.

Quelles chances reste-t-il au clan français de réussir ce pari ?

MARDI

Papadakis-Cizeron: Avec ce duo, en danse sur glace, la France possède une chance en or. Même si le programme court, lundi, ne leur a pas souri autant qu'espéré en raison d'un problème vestimentaire, le couple pointe à la 2e place à mi-parcours. L'or est toujours jouable, une médaille est quasi assurée sauf nouvelle catastrophe.

Fourcade and Co: c'est l'heure du relais mixte pour les biathlète. Difficile de prévoir quoi que ce soit, car les niveaux de forme sont disparates. Lors de la première de cette épreuve, à Sotchi en 2014, les Français avaient pris la 6e place.

Marie Martinod: vice-championne olympique en titre, la maman du ski halfpipe (elle a une petite fille de 8 ans), a de sérieuses chances de participer à la récolte bleue.

MERCREDI

Le skicross en force: Jean-Frédéric Chapuis, médaillé d'or à Sotchi et Arnaud Bovolenta, en argent en Russie, remettent le couvert en Corée du Sud, avec une très forte équipe de France de skicross. François Place et Terence Tchiknavorian peuvent aussi y croire.

Sprint par équipes en ski de fond: c'est la grosse côte mais après tout, les fondeurs français ont bien réussi à décrocher le bronze dans le relais, comme à Sotchi !

JEUDI

Kevin Rolland: un autre visage déjà remarqué à Sotchi, où le skieur halfpipe avait décroché le bronze. Rolland est une valeur sûre de la discipline mais il s'est fait une grosse frayeur à l'entraînement il y a une dizaine de jours et son épaule est toujours douloureuse...

Jason Lamy-Chappuis: et si le porte-drapeau de Sotchi sortait par la grande porte ? Avec ses potes du relais, pour qui il est sorti de sa retraite, le champion olympique de Vancouver peut déplacer des montagnes. Les Bleus ont été champions du monde en 2013.

Alexis Pinturault: le coup du chapeau ? Après l'argent du combiné et le bronze du slalom géant, le skieur peut envisager une 3e récompense en slalom même si le challenge paraît relevé. L'équipe de France possède de beaux atouts, avec Jean-Baptiste Grange (double champion du monde en 2011 et 2015), Victor Muffat-Jeandet ou encore Julien Lizeroux.

Bescond et les relayeuses: c'est l'adieu aux Jeux pour Marie Dorin, longtemps la cheffe de file du biathlon féminin. Avec sa copine Anaïs Bescond, médaillée de bronze en poursuite, elles voudront porter l'équipe au plus haut. En 2014, elles n'avaient plus défendre leur chance en raison du malaise de Marie-Laure Brunet, première relayeuse.

VENDREDI

Ophélie David: Chez les dames en skicross, la tête d'affiche c'est Ophélie David qui tente sa chance aux JO pour la 3e fois, elle qui est a longtemps été l'une des grandes figures du circuit. A 41 ans, l'histoire serait belle. Mais c'est peut-être Marielle Berger-Sabbatel qui sera la révélation pour le grand public.

Fourcade et les garçons: dernier rendez-vous pour le roi, dernière médaille ? Cette fois, ce sera le relais messieurs, où les Bleus n'avaient pas brillé à Sotchi (8e).

SAMEDI

Slalom parallèle mixte par équipes: les Français ont été champions du monde en 2017. Forcément, une médaille est attendue, à minima, pour la première olympique de ce nouveau format de compétition.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.