JO-2020: le Comité olympique japonais crée une commission d'enquête

Publicité

Tokyo (AFP)

Le président du Comité olympique japonais a annoncé mercredi la création d'une commission d'enquête pour faire la lumière sur les conditions de plusieurs versements suspects dans l'attribution des jeux Olympiques d'été de 2020 à Tokyo.

Les interrogations portent sur des versements d'un montant total de 2,8 millions de dollars singapouriens (environ 1,8 million d'euros), pouvant provenir de l'équipe de candidature de Tokyo, effectués vers la société Black Tidings, basée à Singapour et liée à l'un des fils de l'ex-patron de l'athlétisme mondial Lamine Diack.

"Nous avons décidé de former une commission d'enquête, qui incluera des avocats de l'extérieur, pour déterminer s'il y a eu des irrégularités dans le contrat" signé avec Black Tidings, a déclaré Tsunekazu Takeda, le président du Comité olympique japonais, interrogé par des parlementaires.

M. Takeda a confirmé mardi l'existence du contrat avec la société singapourienne. Il s'est cependant dit incapable d'en divulguer les détails aux députés "sans le consentement" de Black Tidings en raison d'une "obligation de confidentialité".

Le président du Comité olympique japonais avait affirmé vendredi que les sommes citées correspondaient à des "rémunérations légitimes d'un consultant", la société Black Tidings délivrait entre autres des services de conseil en marketing.

La pression est montée d'un cran mercredi avec l'affirmation du quotidien à grand tirage, le Yomiuri Shimbun, qu'une partie de l'argent versé avait servi à acheter des montres de luxe.

L'annonce du Comité olympique japonais intervient deux jours après celle du Premier ministre nippon, Shinzo Abe, qui a promis une coopération totale avec la justice française. Les virements suspects sont au centre d'une enquête pour corruption ouverte fin 2015 à Paris.