JO: excentricité et imaginaire so british pour la cérémonie d'ouverture

Publicité

Les Jeux de Londres se sont ouverts vendredi sous le signe de l'humour et de l'imagination débridée, qui par temps de crise économique est venue à point porter une cérémonie inventive et décalée puisant profondément dans l'identité britannique.

Le président du comité d'organisation Sebastian Coe avait relevé vendredi qu'il ne pouvait "concevoir ce que cela doit être que de passer ne serait-ce qu'une demi-heure dans la tête de Danny Boyle", grand ordonnateur du spectacle.

La reine Elizabeth II, près de soixante-dix chefs d'Etat et de gouvernement et les 80.000 spectateurs du stade de Stratford et le monde rivé devant sa télévision en ont eu un aperçu vendredi soir.

Des moutons gambadant dans un paysage bucolique, d'immenses cheminées d'usine surgissant dans la fureur de la Révolution industrielle, des tambours, une forge de l'enfer, James Bond, un orchestre symphonique... Il faudrait dérouler un inventaire à la Prévert pour cueillir tous les fruits de l'esprit fertile du réalisateur du film "Slumdog Millionaire".

Il semblait de toute façon impossible, et par ces temps de restriction, indécent, de vouloir égaler la démonstration de force millimétrée des Jeux de Pékin 2008, au budget quasi-illimité.

Avec ses 34 millions d'euros en poche, Boyle a sollicité 10.000 volontaires, compté sur la participation active du public et misé, comme il était attendu d'un Britannique, sur l'humour et l'excentricité. Avec audace, puisque même la Reine a été mise à contribution, en jouant pour la première fois dans un court film aux côtés de James Bond - alias Daniel Craig - pour un saut en parachute simulé.

Alors qu'étaient attendus en tribunes la Première dame américaine Michelle Obama, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev ou encore le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault, le récent vainqueur du Tour de France Bradley Wiggins a fait résonner une énorme cloche peu après 21h00 locales (20h00 GMT), donnant ainsi le départ réel de la cérémonie.

Le tableau initial, évoquant un Royaume-Uni rural d'un antan fantasmé, et célébré par des chants des quatre nations (Irlande du Nord, Angleterre, Ecosse, pays de Galles), n'a pas tardé à être bousculé par la Révolution industrielle, dans un fracas de percussions et harmonies grandiloquentes.

Dans un joyeux bazar de références évoquant les conséquences de ce bouleversement, défilaient alors des gueules noire, des suffragettes, mais aussi des sous-marins jaunes gonflables (Yellow Submarine), hommage aux Beatles issus de la ville industrielle de Liverpool.

Puis quatre anneaux olympiques glissaient sur des filins placés sur le toit du stade rejoints par un cinquième qui, sorti des hauts fourneaux au milieu de la scène, s'élevait vers l'empyrée, encore incandescent.

Après un interlude solennel pour l'entrée de la Reine, un deuxième grand tableau a fait honneur au National Health Service (NHS), le service de santé publique, si cher aux yeux des Britanniques.

Dans une fantasmagorie tournoyante, des infirmières, vraies employées du NHS, en uniforme des années 40-50 poussaient des lits à roulettes sur lesquels des enfants étaient étendus.

Ces derniers, bercés par un brève lecture de JK Rowling, auteur à succès de la saga Harry Potter, devaient alors affronter les démons de la littérature britannique, tel le Capitaine crochet. C'était sans compter l'intervention de dizaines de Mary Poppins, descendues du ciel.

A 21H00 GMT, les célébrations devaient encore se poursuivre par un troisième tableau évoquant la vie moderne, avant l'arrivée de la flamme et le défilé des athlètes des 205 délégations.