Ligue 1: Marseille dernier et en plein doute

Publicité

Marseille, humilié à Valenciennes (3-2) malgré un retour désespéré, ne peut plus se cacher derrière la thèse de l'accident initial contre Caen et voit se profiler un début de saison sous haute tension, samedi après la 2e journée de L1.

La défaite face à Caen au Vélodrome (2-1), mais surtout la gestion des transferts de Niang et Ben Arfa semblent donc bien avoir laissé des traces et fragilisé le champion de France, 20e après deux matches avec zéro point.

Comme prévu, l'international français n'était pas à Valenciennes après ses gestes d'humeur de la semaine et comme prévu aussi, le Sénégalais, en partance pour Fenerbahçe, a sans doute fait ses adieux à la L1 après 57 minutes de jeu bien ternes.

Alors que l'OM avait pourtant contrôlé la première période, le meilleur buteur de la saison passée a manqué deux belles occasions d'ouvrir le score qui ternissent un peu la fin de son passage exemplaire en France.

Cela n'aurait probablement pas eu autant d'importance si Valenciennes, finalement en tête avec Rennes et Nice, n'en avait profité à la reprise en marquant trois fois en un quart d'heure.

Malheureusement pour un Deschamps nerveux, Danic et Pujol par deux fois sont passés par là, sanctionnant cruellement les approximations d'Azpilicueta, N'Diaye et Heinze. Les réductions du score de Taiwo sur penalty et d'Ayew dans la confusion ne doivent pas masquer l'ampleur de la tâche qui attend +Dédé+.

Auxerre, l'autre Européen du soir, s'en est un peu mieux sorti à Brest (1-1). Après 19 ans d'absence en L1, le public de Francis le Blé a cru à un retour en fanfare lorsque Roux a marqué tôt, mais, Pedretti, l'impeccable capitaine bourguignon a frustré les Bretons en fin de match.

Avant d'affronter mardi le Zenit Saint-Petersbourg en tour préliminaire de la Ligue des champions, l'AJA a encore toutefois un travail important à fournir à l'aube d'une saison probablement plus compliquée que la précédente, qui avait été magnifique.

La bonne affaire revient à Rennes, net vainqueur à Nancy (3-0), après avoir été tenu en échec en ouverture. Bangoura en est désormais à deux buts, tandis que Montano et Brahimi ont ouvert leur compteur. Le premier sous ses nouvelles couleurs, le second en L1.

Bien aidé par l'exclusion rapide du Nancéien Ndiaye (13), les Rennais, qui découvraient la pelouse synthétique, ramènent ainsi trois précieux points de Lorraine. Victorieux à Lens lors de la 1re journée, l'ASNL devait s'attendre à autre chose...

Le dernier club breton, Lorient, s'incline en revanche à domicile face à Nice (1-2). Les Merlus, également sur une pelouse artificielle, n'ont tenu leur avantage qu'une minute avant que Gace et l'attaquant international Rémy ne renversent le score. Pour son retour, Gameiro, qui lorgne aussi sur une place en Bleu, ne s'est pas montré aussi en jambes que l'Aiglon.

Du côté de Monaco, on aurait probablement apprécié de pouvoir compter sur un terrain similaire. Mais il n'en est encore rien et la rencontre face à Montpellier a finalement dû être reportée en raison des intempéries. Dans un calendrier déjà chargé et compliqué à établir, la commission des compétitions de la LFP ne tardera pas à voir surgir un premier obstacle...

Saint-Etienne avait buté au Parc sur la première barre de son marathon mais sa spectaculaire victoire contre Sochaux (3-2), notamment grâce à un doublé de Perrin, lui permet de se reprendre.