Ligue 1: Paris et Monaco bien pâles avant la Ligue des champions

Publicité

Paris (AFP)

Paris SG, qui a concédé encore un nul à l'extérieur à Toulouse (1-1), et Monaco, qui a perdu chez lui contre Nice (1-0), ont bien mal préparé leurs rendez-vous de Ligue des champions contre Barcelone et le Zenit St. Pétersbourg.

En L1, le PSG en est désormais à quatre nuls en cinq matches à l'extérieur. La parenthèse du succès à Caen mercredi (2-0) s'est très vite refermée...

Bien sûr, il manquait encore des éléments de poids, blessés, côté PSG (Ibrahimovic, Lavezzi, Thiago Silva) samedi après-midi à Toulouse. Mais l'effectif parisien est censé être suffisamment étoffé pour gérer ce type de situation en L1. Et cela n'explique pas les erreurs défensives parisiennes, avec Aurier et David Luiz coupables sur le but de Ben Yedder.

Le match contre le Barça, mardi au Parc des Princes, approche à grands pas et Laurent Blanc sait que cette étape est très attendue par ses dirigeants qataris. Or le bilan est maussade. En L1, le PSG est provisoire deuxième, à deux points du leader Marseille, qui accueille Saint-Etienne dimanche soir. En cas de succès contre les Verts, l'OM de Marcelo Bielsa mettrait le PSG à cinq points derrière lui, avec un effectif loin du clinquant parisien. Et en C1, le PSG n'a pas bien abordé la phase de poules, avec un nul contre l'Ajax (1-1).

- Des dents qui grincent -

Outre des résultats décevants, Laurent Blanc doit aussi gérer un effectif qui commence à grincer des dents. A Toulouse, Cavani n'a pas du tout apprécié d'être remplacé par Lucas à un quart d'heure de la fin...

Une image à rapprocher de celle d'un Toulalan à la mine bien sombre quand il a été relégué sur le banc à 20 minutes de la fin lors du match perdu par Monaco face à Nice.

L'ASM de Leonardo Jardim fait peine à voir à la 12e place, à six points de l'OM. Le bilan des quatre premiers matches à domicile (une victoire, un nul et deux défaites) fait peur. Dans un contre-feu habituel quand tout va mal, Jardim a accablé l'arbitrage après ce revers qui fait tache avant un déplacement périlleux en Russie en Ligue des champions mercredi prochain contre le Zenit.

Mais les arbitres ne peuvent expliquer à eux seuls les errements offensifs de Monégasques qui n'ont pas réussi à redresser la situation après l'ouverture du score rapide d'Eduardo (7e minute). Claudio Ranieri, le prédécesseur de Jardim poussé vers la sortie, doit savourer l'ironie de la situation, car de son temps, Monaco séduisait à cette période de la saison.