Llodra parle de "souk" à Roland-Garros, mais dément toute intention raciste

Publicité

Le Français Michaël Llodra a démenti que les propos qu'il a tenus à l'arbitre marocain Mohammed El Jennati lundi à Roland-Garros, lorsqu'il a comparé l'ambiance qui régnait sur le court à "un souk", aient une quelconque connotation raciste.

"Je me souviens très bien de ce que j'ai dit. Les propos ne sont pas racistes. Mohammed est un copain. On a l'habitude de rigoler ensemble hors du terrain. J'ai l'habitude de lui sortir ça depuis que j'ai fait un tournoi à Casablanca où c'était vraiment le +bordel+ !", a déclaré le Français à l'AFP.

"On n'est pas au souk ici, on ne vend pas des tapis sur un marché", a lancé Llodra à l'arbitre marocain, lors de son match perdu face au Belge Steve Darcis.

Llodra a tenu ces propos au cours du 2e set après avoir pris un avertissement pour avoir envoyé une balle en direction d'une hôtesse, qui ne cessait selon lui de "gesticuler" et à qui il a demandé maintes fois d'arrêter ses déplacements.

"Ca me fait beaucoup rire qu'on me prête des propos racistes", a poursuivi Llodra. "Mon témoin de mariage est congolais, ma nounou est de Kabylie. Il y a zéro problème avec Mohammed, il y a beaucoup de respect entre nous".

Llodra a assuré qu'il n'avait pas agressé verbalement l'arbitre. "Je ne lui ai pas dit: +t'es un connard+. Je voulais juste lui dire qu'il +déconnait+ avec l'arbitrage en n'intervenant pas par rapport à cette hôtesse. Il aurait dû faire intervenir la sécurité. Il n'a pas fait son job", a justifié le joueur de 31 ans.