Accéder au contenu principal

Mondial-2010 de basket: en attendant Noah...

4 mn
Publicité

Si Joakim Noah figure bien dans la liste des dix-huit pour le Mondial-2010 de basket dévoilée mercredi, sa présence au sein de l'équipe de France reste aussi incertaine qu'elle paraît indispensable.

Le feuilleton Noah pourrait durer encore un bon mois et demi puisque le sélectionneur Vincent Collet s'est donné au moins jusqu'au début de la préparation le 25 juillet pour lui arracher une réponse favorable, conscient de l'importance du pivot des Chicago Bulls.

De sa présence dépendra une grande partie du potentiel et de l'attractivité des Bleus au Mondial (28 août-12 septembre), Noah étant le seul en mesure de compenser le forfait de Tony Parker sur le terrain et en dehors, où son potentiel médiatique fait saliver le service com' de la fédération.

"Son cas focalise votre attention et vos espoirs et les miens aussi", a synthétisé Collet qui a vu, le temps de trois matches amicaux l'été dernier, tout ce que le fils de Yannick pouvait apporter à son équipe. Depuis, Noah a encore conforté son statut de star naissante du basket européen voire mondial en enchaînant sur une saison NBA de très haut niveau.

Collet a vu aussi à quel point les joueurs NBA apportent leur lot annuel de complications avec, cette année, les défections de Parker, Turiaf et Pietrus.

Dans le cas de Noah, il s'agit d'une histoire de contrat que le joueur cherche à renégocier à hauteur de la place grandissante qu'il occupe au sein des Bulls. Le contrat d'une vie, tel celui signé à l'époque par Parker avec San Antonio pour 66 millions de dollars sur six ans.

"C'est très clair: tant qu'il n'aura pas signé son nouveau contrat, il ne viendra pas, car il ne prendra pas le risque de se blesser", explique Crawford Palmer, chargé des relations avec la NBA au sein de la fédération française.

Le problème c'est que l'initiative de l'ouverture des négociations revient toujours au club. Si elles aboutissent d'ici la fin juillet, Noah viendra. Mais si les Bulls, qui ont quand-même un an pour lancer la manoeuvre, décident d'attendre octobre ou novembre, le Mondial se fera sans Noah.

"Ca peut traîner comme ça peut aller vite, on n'a pas de certitudes", confie Palmer. Le sélectionneur veut y croire. "J'étais dans un premier temps assez pessimiste mais Boris Diaw m'a dit que le fait d'attendre pourrait exposer les Bulls à s'aligner sur les offres d'autres équipes", explique Collet qui n'a en revanche "aucun doute" sur la motivation du joueur à rejoindre les Bleus.

Pour se prémunir d'un éventuel forfait, Collet a présélectionné cinq autres pivots, dont certains comme Mahinmi et Séraphin, ne sont pas certains non plus d'être en fin de compte disponibles puisque leur été pourrait également dépendre du bon vouloir de telle ou telle franchise NBA.

Pour le reste, la sélection est conforme aux attentes. Johan Petro n'a pas été retenu "pour des raisons strictement sportives" selon Collet qui conserve l'espoir de pouvoir compter sur Antoine Diot, victime d'une hernie discale.

A noter par ailleurs, la présence, aux côtés des cadres comme Diaw, Batum et Florent Pietrus, de trois champions de France choletais: Mickaël Gelabale, dont le "retour est une évidence" selon Collet, Kevin Séraphin, qui participera à la draft NBA fin juin, et Fabien Causeur, la "petite surprise" du chef.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.