Mondial de volley: la France garde le rythme contre l'Argentine

Publicité

Paris (AFP)

Les volleyeurs français, un peu lents au démarrage, ont retrouvé leur vitesse de croisière pour dominer, mercredi, l'Argentine 3 sets à 1 (21-25, 25-17, 29-27, 25-18) et bien entamer le deuxième tour du Mondial en Pologne.

C'est la cinquième victoire, la quatrième d'affilée, pour les Bleus qui avaient créé la sensation de la première phase en prenant la tête du "groupe de la mort", devant l'Iran, les Etats-Unis, l'Italie et Porto-Rico.

Les Français n'ont pas raté l'occasion de prendre le maximum de points face à l'Argentine, pas l'équipe la plus forte de sa poule, qui compte également l'Australie, son futur adversaire jeudi, mais surtout la Serbie et la Pologne.

Les Bleus connaissaient bien l'équipe sud-américaine pour l'avoir vaincue trois fois, en quatre matches, lors de la dernière Ligue Mondiale.

Contre les Argentins, les Tricolores ont parfois manqué de tranchant et sont de temps à autre tombés dans la facilité, mais ils ont pu s'en remettre, aux éclairs de génie d'Earvin Ngapeth (21 points, meilleur marqueur du match) dans les moments difficiles.

Timorés dans le premier set, ils n'ont pas su se créer les bonnes opportunités en attaque face à une sélection albiceleste qui se montrait supérieure en défense, le registre favori des Bleus.

Portée par la puissance de Ngapeth, les Bleus ont pris les commandes pour rapidement distancer leurs adversaires (17-10) et s'adjuger une deuxième manche à sens unique.

Le véritable tournant du match est intervenu à la fin d'une troisième manche serrée. Devant de trois longueurs (20-17), ils ont laissé filer leur avance, manquant des opportunités en attaque (Rouzier contre à 21-18) et en raison de problèmes de service (Le Roux, Maréchal).

Les Argentins tenaient bon mais à chaque fois la France reprenait l'avantage pour se créer une occasion de conclure.

C'est finalement Ngapeth qui allait concrétiser la cinquième balle de set des Bleus. Les Argentins, K.O debouts, faisaient ensuite illusion et Earvin Ngapeth parachevait la réussite des siens en marquant le dernier point de la rencontre.