Natation: avec 9 médailles à son actif, "La Pellegrini" a encore faim

Publicité

Jamais rassasiée, l'Italienne Federica Pellegrini a obtenu une 9e médaille internationale en remportant le titre européen du 200 m libre, samedi à Budapest.

Championne olympique, 200 m libre en 2008, championne du monde, 200 et 400 m libre en 2009, championne d'Europe, 400 m libre en 2008, et propriétaire de nombreux autres podiums, la belle Italienne a ajouté une nouvelle couronne.

A 22 ans, la nageuse de Mirano a parfaitement su se remettre dans la disparition de son entraîneur à l'automne dernier pour arriver en Hongrie ambitieuse et sûre d'elle.

Médaillé de bronze sur 800 m plus tôt dans la semaine, elle a empoché l'or sans faiblir en devançant l'Allemande Silke Lippok, vice-championne du monde juniors du 100 m libre (2008), et la Hongroise Agnes Mutina.

"Après ma demi-finale, je pensais pouvoir aller plus vite en finale. Je voyais Silke mais j'ai juste continué à faire ma propre course", s'est félicité l'Italienne, qui sera encore prétendante sur 400 m libre.

Quelques minutes plus tard, c'est Fabio Scozzoli, déjà 3e du 100 m brasse, qui a fait retentir l'hymne italien, avec un succès sur 50 m brasse.

L'une des grandes dames de cette semaine est Lotte Friis. La Danoise a imité le Français Sébastien Rouault et a ajouté le titre du 1500 m libre à celui déjà obtenu du 800 m libre.

En prenant vite les devants, Friis n'a laissé aucune chance à la jeune et prometteuse Irlandaise Grainne Murphy, 17 ans, et à l'Espagnole Erika Villaecija.

Collectivement, la Russie a vécu une belle journée avec trois titres.

Evgeny Korotyshkin s'est imposé sur le 100 m papillon (51.73), Stanislav Donets a pris l'or du 200 m dos et enfin les relayeurs du 4x200 m libre ont dominé l'Allemagne, propulsée par le champion d'Europe du 200 m libre Paul Biedermann, et la France, emmenée par Yannick Agnel, sacré sur 400 m libre.

Pour la dernière journée, la France, qui mène toujours le tableau des médailles, a deux belles occasions en or.

Frédérick Bousquet, le compagnon de Laure Manaudou, a totalement dominé les séries et les demi-finales du 50 m libre, avec le meilleur chrono mondial de la saison (21.36). A 29 ans, le vice-champion du monde peut rêver au premier titre de sa carrière, à condition de "ne pas trop me stresser".

Et avec le relais 4x100 m 4 nages, dernière course du programme, la France possède une puissance de nage qui parait hors d'atteinte avec le champion d'Europe du 100 m dos, Camille Lacourt, le champion d'Europe du 100 m libre, Alain Bernard, et le vice-champion d'Europe du 100 m brasse, Hugues Duboscq.