Roland-Garros : Gilles Simon avec la manière en huitièmes de finale

Publicité

Gilles Simon s'est qualifié avec la manière pour les huitièmes de finale de Roland-Garros en surclassant l'Américain Mardy Fish, pourtant N.10 mondial, en trois sets 6-3, 6-4, 6-2 et deux heures pile, samedi.

Après les victoires la veille de Gaël Monfils, Richard Gasquet et Marion Bartoli, il y aura donc quatre Français en seconde semaine à Paris, un excellent résultat, surtout lorsqu'on le compare à l'année dernière où Jo-Wilfried Tsonga avait été le seul représentant à ce stade.

Pour Simon, il s'agit de son premier huitième de finale à Roland-Garros où il avait seulement un troisième tour à son actif, en 2009. A l'instar de Monfils et Gasquet, opposés à David Ferrer et Novak Djokovic dimanche, le N.4 français peut s'attendre à un match très difficile lundi.

Sauf immense surprise, il y rencontrera le Suédois Robin Soderling, double finaliste sortant, qui devait encore battre d'abord le modeste Argentin Leonardo Mayer samedi au troisième tour.

Mais Simon aura sa chance s'il continue à développer le même niveau de jeu que face à Fish, certes pas une pointure sur terre battue mais 10e mondial et joueur en forme depuis le début d'année.

"J'étais bien en jambes aujourd'hui, je me suis senti plus solide que lui, je sentais qu'il avait du mal à me faire mal. Sentir que j'étais un peu plus fort m'a fait du bien et m'a permis de jouer libéré", a-t-il commenté.

A partir de 2-3 au premier set, le Français, très inspiré en passing, a mis le turbo pour remporter huit jeux de rang et se détacher 6-3, 4-0. Il a enfoncé le clou dès le début de la troisième manche, prenant encore le service de son adversaire à deux reprises pour s'orienter vers un succès convaincant.

Absent l'an dernier à cause d'une blessure à un genou, Simon avait reculé à la 48e place mondiale. Mais depuis le début d'année, le natif de Nice, seul Français à avoir gagné un tournoi en 2011 (Sydney en janvier), a réussi à remonter jusqu'au 18e rang.

Pour leur part, l'Espagnol Rafael Nadal, tenant du titre, le Serbe Novak Djokovic et l'Ecossais Andy Murray, se sont aussi qualifiés samedi pour les huitièmes de finale .

Nadal, N.1 mondial, a battu le Croate Antonio Veic en trois sets 6-1, 6-3, 6-0, au terme d'un match dont il pourra tirer peu d'enseignements.

Veic, 227e mondial et vainqueur au tour précédent de Nikolay Davydenko, était bien trop tendre pour inquiéter un tant soit peu le quintuple vainqueur de Roland-Garros, qui a cette fois-ci pu économiser ses forces après deux premiers tours exigeants sur le plan physique.

Nadal rencontrera au prochain tour son compatriote Fernando Verdasco, tête de série N.16, qui ne l'a jamais battu en onze confrontations, ou l'expérimenté Croate Ivan Ljubicic.

Pour sa part, Andy Murray, N.4 mondial, atteint les huitièmes de finale malgré une entorse à la cheville droite contractée dans le deuxième set de son match gagné 6-2, 6-3, 6-2 face à l'Allemand Michael Berrer.

L'Ecossais, qui retrouvera le Serbe Viktor Troicki au prochain tour, égale ainsi son résultat de l'année dernière et n'est plus qu'à une victoire de faire aussi bien qu'en 2009, où il avait réussi son meilleur résultat à Paris.

Maisil s'est fait très peur en se tordant la cheville droite dans le quatrième jeu du deuxième set alors qu'il voulait rattraper une amortie. Il s'est écroulé par terre et s'est pris la tête entre les mains, visiblement foudroyé par la douleur, laissant craindre alors un abandon pur et simple.

Mais il a, après s'être fait bander la cheville, repris la partie. Boitant bas et grimaçant, il a cherché à abréger au maximum les points, avec succès souvent, profitant aussi de la naïveté de son adversaire, 95e mondial, pour sprinter vers un succès finalement tranquille.

Reste maintenant à savoir comment il va récupérer d'ici son prochain match, prévu lundi face à Troicki. Ce serait un énorme gâchis si sa cheville venait à gâcher ses ambitions à Paris où l'Ecossais figure dans une partie de tableau dévastée avec, hormis Troicki, seulement des joueurs classés au-delà de la trentième place mondiale d'ici une éventuelle demi-finale.

Novak Djokovic a passé avec la mention bien le test représenté par l'Argentin Juan Martin Del Potro, vaincu samedi en quatre sets 6-3, 3-6, 6-3, 6-2, et affrontera dimanche le Français Richard Gasquet.

Le Serbe, toujours invaincu en 2011, soit désormais 40 matches sans défaite, a une nouvelle fois été extrêmement impressionnant, ne laissant aucune chance à l'Argentin, sans doute encore un peu fragile physiquement, après sa blessure à une hanche, pour jouer un match d'une telle intensité.