Roland-Garros: Marion Bartoli qualifiée pour les demi-finales

Publicité

La Française Marion Bartoli s'est qualifiée pour les demi-finales de Roland-Garros en battant mardi la Russe Svetlana Kuznetsova en deux sets 7-6 (7/4), 6-4, et rencontrera jeudi l'Italienne Francesca Schiavone, tenante du titre, pour une place en finale.

Bartoli devient la quatrième Française de l'ère moderne du tennis à se hisser dans le dernier carré du tournoi parisien après François Durr, Brigitte Simon et Mary Pierce, la dernière à avoir atteint les demi-finales, en 2005.

Pour Bartoli, cette demi-finale constitue de loin le meilleur résultat à Roland-Garros où elle n'avait encore jamais dépassé les huitièmes de finale.

La joueuse de 26 ans va tenter jeudi face à Schiavone, N.5 mondiale, de faire aussi bien qu'à Wimbledon où elle avait joué la finale en 2007.

Amélie Mauresmo est la dernière Française à avoir remporté un titre du Grand Chelem, en 2006, lorsqu'elle avait remporté l'Open d'Australie et Wimbledon.

En attendant de se mettre en position de l'imiter, Bartoli s'est échauffée en éliminant celle qui avait précédé Schiavone au palmarès de Roland-Garros avec Kuznetsova, 13e mondiale.

Face à cette vraie spécialiste de la terre battue, la N.1 française a réussi à imposer son jeu plus agressif, cherchant systématiquement le coup dur. Elle s'est rapidement détachée 5-3 au premier set mais a dû attendre le tie-break pour briser la résistance de Kuznetsova, très accrocheuse.

Toujours aussi brillante, Bartoli a continué à prendre son adversaire à la gorge au set suivant pour là aussi prendre le large, 5-2. Mais, après un ultime break de la Russe, elle a cette fois pris le soin de porter l'estocade plus tôt.

La qualification de Bartoli offre un contraste saisissant avec la santé balbutiante du tennis féminin français depuis de nombreux mois. Bartoli elle-même avait obtenu des résultats décevants dernièrement sur terre battue.

Son parcours lumineux à Paris est d'autant plus surprenant que Bartoli avait soulevé de vives inquiétudes à la veille du début de Roland-Garros en abandonnant en finale du tournoi de Strasbourg à cause d'une douleur à la cuisse gauche.