Roland-Garros: Paire premier de cordée, Pouille dévisse

4 mn
Publicité

Paris (AFP)

Benoît Paire a montré la voie aux Bleus en ralliant les huitièmes de finale de Roland-Garros pour la première fois vendredi. Lucas Pouille a lui dévissé dès le deuxième tour, à cheval sur deux jours.

Pour son retour sur la terre battue parisienne, Roger Federer poursuit son petit bonhomme de chemin.

. Paire montre la voie

Grâce à lui, et en attendant le duel 100% tricolore entre le N.1 Gaël Monfils (17e) et l'invité surprise Antoine Hoang (147e) samedi, le tennis français fait déjà mieux qu'il y a un an Porte d'Auteuil : absent de la deuxième semaine en 2018, il y sera représenté cette année par Paire (38e), son joueur en forme, récemment titré à Marrakech et Lyon sur ocre.

48 heures après son match marathon face à son camarade Pierre-Hugues Herbert, bouclé 11-9 au cinquième set après 4h33 min de combat, l'Avignonnais, longtemps dévoré par ses émotions et récemment assagi, a bénéficié de l'abandon de l'Espagnol Pablo Carreño Busta (57e), touché aux adducteurs, alors qu'il menait deux sets à un (6-2, 4-6, 7-6 (7/1)).

A 30 ans, le voilà pour la première fois de sa carrière en huitièmes de finale de Roland-Garros. Au total, il s'agit de son troisième en Grand Chelem, après l'US Open 2015 et Wimbledon 2017.

Deux autres joueurs vont tenter de faire gonfler le contingent français encore en course en deuxième semaine : le vétéran Nicolas Mahut, 252e mondial et bénéficiaire d'une invitation, et le jeune espoir Corentin Moutet, 20 ans et aux portes du top 100. Tous deux affrontent un adversaire argentin: Leonardo Mayer (68e) pour le premier, Juan Ignacio Londero (78e) pour le second.

. Pouille décroche

Jeudi soir, Pouille (26e) était au pied d'une montagne quand il a quitté le court Philippe-Chatrier mené deux sets à un et 3 jeux à 1 dans la quatrième manche par le Slovaque Martin Klizan (55e) au deuxième tour.

A son retour sur le terrain en début d'après-midi vendredi, le N.2 français a idéalement remonté la pente en alignant cinq jeux pour égaliser à deux sets partout. Il a même servi pour le gain de la rencontre à 5-4. En vain. Et c'est Klizan qui a eu le dernier mot, 9 jeux à 7, après un peu plus de quatre heures de jeu cumulé (7-6 (7/4), 2-6, 6-3, 3-6, 9-7).

Pouille n'était pas arrivé Porte d'Auteuil dans les meilleures dispositions : entre sa demi-finale à l'Open d'Australie fin janvier, sa toute première en Grand Chelem, et Roland-Garros, l'élève d'Amélie Mauresmo n'avait enregistré qu'une victoire sur le circuit principal, à Madrid début mai (contre Coric).

"Ce match-là, avec plus de victoires (derrière moi), je l'aurais probablement gagné", a-t-il convenu.

. Un nouveau sommet pour Federer

De retour à Roland-Garros pour la première fois depuis quatre ans, Roger Federer y a joué vendredi le 400e match de sa riche et longue carrière en Grand Chelem, record absolu.

Quand il a joué (et perdu contre Rafter) son tout premier, précisément sur la terre battue parisienne il y a vingt ans, son adversaire du jour, le jeune Norvégien Casper Ruud, n'avait pas encore six mois !

Il a bien grandi depuis : 63e mondial à vingt ans, et pour la première fois au troisième tour en Grand Chelem, il a même obtenu une balle de set dans le jeu décisif de la troisième manche (à 7-6). Mais Federer l'a écartée avant de s'imposer en à peine plus de deux heures (6-3, 6-1, 7-6 (10/8)).

La deuxième semaine, l'objectif que le Suisse aux vingt couronnes record en Grand Chelem avait officiellement et prudemment avancé ces dernières semaines, est rempli. Pour une place en quarts de finale, il sera opposé soit à Mahut, soit à Mayer.

Rafael Nadal, en quête d'un douzième sacre Porte d'Auteuil, affronte lui le Belge David Goffin (29e).

Nouvelle surprise dans le tableau féminin avec l'élimination dès le troisième tour de la N.2 mondiale Karolina Pliskova, dominée 6-3, 6-3 par la Croate Petra Martic (31e). Cette défaite précoce de la Tchèque, ajoutée à celle d'entrée d'Angelique Kerber (N.5), au forfait de Petra Kvitova (N.6) et à l'abandon de Kiki Bertens (N.4) au tour précédent, assure à la Japonaise Naomi Osaka de rester sur le trône du tennis mondial à l'issue de la quinzaine parisienne.