Accéder au contenu principal

Route du Rhum: au Cap Fréhel, une vue sur la course un verre à la main

3 mn
Publicité

Fréhel (France) (AFP)

"C'est là qu'il faut être!" Les rochers de grès rose du Cap Fréhel (Côtes d'Armor) sont devenus noirs de monde dimanche, envahis de milliers de spectateurs en goguette venus assister au départ de la Route du Rhum.

Dès 9H00 du matin, des centaines d'hommes, de femmes et d'enfants et des dizaines de chaises pliantes s'alignaient sur la côte est du cap, scrutant la mer en direction de la Pointe du Grouin (Ille-et-Vilaine), qui marque la ligne de départ officielle de la course en solitaire vers la Guadeloupe.

"On vient tout le temps ici, c'est là qu'on voit mieux les bateaux", explique René Houitte, un Rennais à bonnet et lunettes de 65 ans, qui s'est levé à 5H00 du matin pour réserver un bout de rocher avec une vue sur la mer.

Situé à 17 milles marins de la Pointe du Grouin, le Cap Fréhel est un point de passage obligé pour les 123 navires de la Transatlantique, avant qu'ils ne prennent la route du grand large.

Environ 23.000 personnes ont convergé vers ce point d'observation privilégié malgré le vent glacial qui a soufflé une bonne partie de la journée, selon les premières estimations de la préfecture.

"Il y a 4 ans, il a grêlé !", relativise Suzanne, 72 ans, enveloppée dans une grande cape de pluie orange, qui vient là depuis vingt ans. "On est fous, hein!", rigole une dame recroquevillée dans une doudoune bleue.

Pour passer le temps, certains jouent aux cartes, d'autres font des mots croisés ou lisent le journal en attendant l'arrivée des bateaux. On sort thermos de café, pique-nique et bouteille de vin rouge.

- "Superbe vue" -

Robin Godet, 26 ans, chef de projet dans l'immobilier, s'est lui installé sur une chaise pliante du côté ouest. "Normalement, le meilleur point de vue, c'est de l'autre côté mais c'était blindé de monde quand on est arrivé", raconte-t-il.

Au Cap Fréhel, "il y a une superbe vue", montre le jeune homme, un verre de cidre et un sandwich à la main. "La Route du Rhum, c'est un peu le prétexte pour passer un bon moment en famille ou entre amis", concède-t-il, en avouant ne pas être "forcément fan de voile".

Idem pour Patricia Peltier, 60 ans, un habitante de Fréhel, rousse avec marinière, venue animer le site de quelques airs de cornemuse. "J'aime bien le côté aventure mais je m'en fous un peu de la voile, c'est l'ambiance du Cap qui me plaît", dit-elle. "C'est le moment où la Bretagne est regardée par le monde entier."

Beaucoup sont plus passionnés, comme cette jeune fille montée sur un escabeau pour voir arriver les premiers Ultims, les trimarans géants stars de la course.

"Bon, Thomas (Coville, NDLR), on se bouge un peu! On n'est pas là pour ramasser des bouées!", lance-t-elle les jumelles à la main.

Chacun se pousse du coude ou se met sur la pointe des pieds en espérant apercevoir quel skipper est en tête. Une épreuve souvent perdue d'avance pour les plus petits.

"Bon, vous voulez pas boire un coup pour oublier qu'on ne voit rien?!", lance un homme, une bouteille à la main, à la foule hilare.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.