Route du Rhum: Coville arrive troisième

Publicité

Thomas Coville, à la barre de son trimaran de 32 mètres, a complété mercredi à Pointe-à-Pitre un podium de la 9e Route du Rhum logiquement dominé par des multicoques géants comme le sien, ainsi que ceux de Franck Cammas (1er) et Francis Joyon (2e).

Après avoir été absents du Rhum pendant 20 ans, les "monstres" de la catégorie Ultime ont été admis à courir cette année et ont monopolisé l'attention, éclipsant les performances des autres concurrents plus petits et plus lents.

Coville a pris mercredi la 3e place franchissant la ligne d'arrivée 24 heures après le vainqueur Cammas, à l'issue de 10 jours 3 heures 13 minutes et 11 secondes de course.

Coville, 42 ans, était l'un des grands favoris de cette 9e édition, avec un trimaran (Sodebo) spécialement dessiné par le tandem franco-britannique Irens/Cabaret pour la navigation en solitaire et long de 32 mètres.

C'était la quatrième participation de Thomas Coville à la Route du Rhum, remportée en 1998 dans la catégorie monocoque avec le 60 pieds (18,28 mètres) IMOCA Aquitaine Innovations.

D'autres grands multicoques sont attendus à Pointe-à-Pitre dans les jours qui viennent, à commencer par celui de Yann Guichard (Gitana XI), qui devrait arriver jeudi. Philippe Monnet (La boîte à pizza), Servane Escoffier (Saint-Malo 2015) et Gilles Lamiré (Défi Cancale) suivront.

L'attention va maintenant se focaliser sur la classe IMOCA, qui rassemble des monocoques de 60 pieds (18,28 mètres) barrés par certains des meilleurs spécialistes de la régate océanique en solitaire.

Dans cette classe, un homme s'est imposé en tête depuis maintenant une semaine, le vainqueur du dernier Rhum (2006) dans sa classe, Roland Jourdain (Veolia Environnement).

Avec un bateau déjà ancien, un plan Farr mis à l'eau en 2007, "Bilou" (son surnom), 46 ans, survole le classement, résistant aux assauts d'Armel Le Cleac'h (Brit Air), Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) et autres Vincent Riou (PRB), lancés à sa poursuite avec des machines souvent beaucoup plus récentes.

Au pointage de 16h00 mercredi, "Bilou" n'était plus qu'à 548 milles (environ 1000 km) de l'arrivée, gardant Le Cleac'h à une cinquantaine de milles dans son sillage.

Rien n'est joué, bien sûr, car les fichiers météo sont formels: sur la route nord, suivie par la plupart de ces IMOCA, le vent sera léger, voire très, très léger au cours des prochains jours. Reste à savoir de quelle direction soufflera ce léger zéphyr... Les premiers monocoques devraient arriver en Guadeloupe en fin de semaine.

Tout au sud, Arnaud Boissières (Akena Vérandas) et Michel Desjoyeaux (Foncia), qui affichent plus de 550 milles de retard, sont encalminés de l’autre côté de cette immense zone sans vent.

En classe 40, des monocoques d'une douzaine de mètres, la bataille est également royale. Encore 41 bateaux en course et là aussi, un skipper -Thomas Ruyant (Destination Dunkerque)- s'est imposé depuis près d'une semaine. Mercredi après-midi, il était à quelque 1300 milles de Pointe-à-Pitre, son suivant immédiat (Yvan Noblet/Appart City) pointant 135 milles derrière.

En Multi 50 (trimarans d'une quinzaine de mètres), la lutte est serrée entre l'actuel leader, Lalou Roucayrol (Région Aquitaine-Port Médoc), et Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne), à une centaine de milles derrière.

Vainqueur toutes classes du Rhum en 2006 en établissant un temps de référence (7 jours 17 heures 19 min), Lemonchois n'était mercredi qu'à une centaine de milles derrière Roucayrol et la régate entre ces deux skippers promet d'être passionnante.