Rugby: les All Blacks contournent leurs propres règles pour prolonger Whitelock

2 mn
Publicité

Wellington (AFP)

Le deuxième ligne Sam Whitelock a signé un contrat mercredi qui le lie à la Fédération néo-zélandaise jusqu'en 2023, qui contourne ses propres règles concernant les joueurs évoluant à l'étranger.

Les All Blacks refusent habituellement de sélectionner des joueurs évoluant hors de la Nouvelle-Zélande et Whitelock (108 sélections), jusque-là lié jusqu'en 2020, doit rater la prochaine saison de Super Rugby pour rejoindre les Panasonic Wild Knights, club de première division japonaise où sont notamment passés les internationaux néo-zélandais Sonny Bill Williams et Tony Brown.

"Nous devons faire preuve de souplesse lorsqu'il s'agit de renégocier avec nos principaux joueurs et c'est ce que nous avons fait avec Sam", a expliqué Steve Tew, directeur général de NZR.

"Son réengagement aux côtés d'un certain nombre d'autres acteurs clés nous donne une base solide pour les quatre prochaines années", a-t-il ajouté.

A 30 ans, Whitelock est considéré comme un élément indispensable des Blacks, qui défendront au Japon (20 septembre-2 novembre) leur double couronne mondiale. Il est notamment le vice-capitaine de la Nouvelle-Zélande, derrière Kieran Read, et portait ainsi le brassard contre la France en juin 2018.

Champion du monde 2011 et 2015 avec les All Blacsk, Whitelock porte les couleurs de Crusaders depuis 2010, avec lesquels il a remporté le Super Rugby en 2017 et 2018.