Tennis Madrid: Rezaï, la tenante du titre, éliminée dès le 1er tour

Publicité

Aravane Rezaï a été éliminée par une joueuse issue des qualifications, la Suédoise Sofia Arvidsson, en trois sets (6-3, 3-6, 6-4) dès le 1er tour dimanche du tournoi WTA de Madrid, dont elle était la tenante du titre.

C'est évidemment une immense déception pour la Française, qui doit s'attendre à chuter bientôt au classement WTA après avoir perdu les points accumulés l'an passé avec sa victoire.

Mais ce n'est pas non plus une véritable surprise, tant Rezaï, N.24 mondiale, a souffert en ce début de saison particulièrement tourmenté, depuis la vive altercation qui l'a opposé à son père à l'Open d'Australie. Elle a ensuite fait une coupure d'un mois et a dû composer pendant plusieurs semaines avec l'absence d'un entraîneur.

Arrivée à Madrid avec au compteur seulement trois victoires cette année sur le circuit WTA - plus une en Fed Cup -, Rezaï savait qu'elle aurait bien du mal à rééditer son exploit de 2010, quand elle avait sorti trois ex-N.1 mondiales (Justine Henin, Jelena Jankovic, et Venus Williams) avant d'empocher la plus belle victoire de sa carrière.

Mais du moins espérait-elle passer quelques tours pour ne pas trop mettre en danger son classement. Peine perdue. Face à Arvidsson, 89e mondiale, la Stéphanoise a démontré toute sa fragilité actuelle, en s'écroulant dès la première balle de match.

Rezaï a d'abord très mal débuté, multipliant les fautes directes pour être menée 5-0. La Suédoise se contentait alors de remettre en jeu les balles, sachant que son adversaire avait toutes les chances de les expédier hors du court.

En s'accrochant, Rezaï est parvenue à limiter les dégâts dans le premier set. Dans la deuxième manche, elle a enfin réglé la mire et exposé les limites d'Arvidsson, dénuée du moindre coup fort dans son jeu, hormis son service.

Mais dans le troisième set, Rezaï a semblé à nouveau perdre le fil, malgré les conseils prodigués sur le court par Alexia Dechaume, l'entraîneur de l'équipe de France de Fed Cup mise à sa disposition par la Fédération jusqu'à Roland-Garros.

La Française a fait le break pour mener 3-2, mais a inexplicablement reperdu immédiatement cet avantage. Manquant à nouveau de justesse dans ses frappes, et apparemment un peu usée physiquement, elle s'est effondrée sur le dernier jeu qu'elle a, avec une double faute et un revers facile dans le couloir, presque abandonné à son adversaire.