Très contestée, la carte du supporteur entre en vigueur dans les stades italiens

Publicité

Afin de lutter contre la violence en marge des matches de football, le gouvernement italien a institué une "carte du supporteur" qui entre en vigueur pour la saison 2010-2011 dès samedi, mais dont la mise en place est vivement contestée par la plupart des groupes ultras.

La "tessera del tifoso", qui est délivrée par les clubs, est d'abord un instrument de fidélisation. Elle se substitue aux traditionnels abonnements.

Elle a le format d'une carte de crédit, la photo du titulaire en sus.

Cette carte sera indispensable pour les tifosi souhaitant suivre leur équipe en déplacement s'ils veulent assister aux matches dans le secteur "visiteurs" des tribunes.

Pour les autorités, cette carte permet surtout de mieux contrôler et encadrer les supporteurs, notamment lorsqu'ils se déplacent. Les tifosi interdits de stade ou condamnés pour violences en marge d'un match au cours des cinq dernières années ne pourront pas obtenir cette carte, les autorités effectuant des vérifications avant la délivrance de la carte par les clubs.

Ce sont ces dernières dispositions qui provoquent l'ire de la plupart des groupes ultras, lesquels dénoncent un "fichage" et une atteinte aux libertés publiques.

Au cours de la saison passée, les ultras ont régulièrement manifesté leur mécontentement à l'égard de cette carte, manifestant ou brandissant des banderoles au cours des matches.

Mercredi, la contestation s'est même muée en violences lorsque près de 400 ultras radicaux de l'Atalanta Bergame (2e div., nord) ont perturbé un meeting où se trouvait le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, obligeant la police à intervenir avec un bilan de cinq arrestations, plusieurs agents blessés et des voitures brûlées.

Maroni est le principal artisan de la carte du supporteur.

Des événements qui conduisent les autorités à redoubler de vigilance pour le premier week-end du championnat, plusieurs groupes de tifosi ayant menacé de perturber le bon déroulement des rencontres.

Pour ne rien arranger, selon l'Observatoire sur les manifestations sportives qui dépend du ministère de l'Intérieur, les clubs ont pris du retard dans la délivrance des cartes.

Selon l'Observatoire qui a publié un communiqué vendredi, 522.379 requêtes ont été présentées mais seules 378.455 cartes ont été délivrées, un retard "imputable exclusivement aux clubs".