Wimbledon: Federer, Murray et Kvitova n'ont pas perdu de temps

4 mn
Publicité

Londres (AFP)

Roger Federer, Andy Murray et la tenante du titre Petra Kvitova étaient pressés d'en finir jeudi au deuxième tour du prestigieux tournoi londonien, où le Top 10 féminin a continué de fondre comme neige au soleil.

Après le record de chaleur de la veille (35,7 °C), le mercure a baissé (24 °C) avec l'apparition des premières gouttes de pluie, qui ont retardé l'agenda des spectateurs du "Temple" du tennis.

Ekaterina Makarova, l'une des premières à fouler les courts fraîchement débâchés, a subi la loi de la Slovaque Magdalena Rybarikova, 68e mondiale, en deux manches (6-2, 7-5) pour s'ajouter à la - déjà - longue liste des têtes de séries sorties prématurément du tournoi.

La Russe, quart-de-finaliste l'an passé et 8e au classement WTA, a emboîté le pas de Simona Halep (N.3), Ana Ivanovic (N.7) et Carla Suarez-Navarro (N.9). Si l'on ajoute la Canadienne Eugenie Bouchard (12e), finaliste l'an passé, cela commence à faire beaucoup.

Murray, Federer et Kvitova ont eux continué tranquillement leur bonhomme de chemin. Le N.2 mondial Federer, qui vise une huitième couronne à Londres, a surclassé l'Américain Sam Querrey, finaliste à Nottingham, 6-4, 6-2, 6-2 en 1h25.

Après un duel accroché au premier tour contre le Kazakh Mikhail Kukushkin (6-4, 7-6 (7/3), 6-4), Murray, a déroulé contre le Néerlandais Robin Haase (6-1, 6-1, 6-4). "J'ai vraiment bien commencé le match en allant vite, alors que Robin a mis du temps à se mettre dedans", a souligné le champion de Wimbledon 2013 qui aura un défi plus relevé au prochain tour contre l'Italien Andreas Seppi, tête de série N.25, ou le jeune talent croate Borna Coric.

Si l'Écossais a bouclé l'affaire en moins d'1h30, Kvitova a été encore plus prompte contre la Japonaise Kurumi Nara, éteinte en 57 minutes (6-2, 6-0). En deux matches, la Tchèque n'aura passé qu'1h33 sur le court central, où elle n'a lâché que trois jeux.

La double championne de Londres (2011, 2014) semble bien remise de son virus qui l'avait clouée au lit entre Roland-Garros et Wimbledon. "Les conditions étaient meilleures aujourd'hui, j'ai eu la chance de ne pas jouer hier (mercredi), parce qu'il faisait trop chaud", a réagi la N.2 mondiale.

- Simon face à Monfils ou Mannarino -

La température plus agréable n'a en revanche pas porté chance à Benoît Paire et Alizé Cornet. Après avoir mené 2 sets à 0, l'Avignonnais, 68e, a chuté pour la septième fois en autant de matches contre l'Espagnol Roberto Bautista, 22e, (2-6, 4-6, 6-3, 6-3, 6-3).

Allergique à l'herbe et à l'organisation stricte de Wimbledon, Paire était "déçu" mais pas mécontent quand même de plier bagages: "Quitter Wimbledon, je m'en fous. Ce n'est pas un tournoi que j'aime bien. Tout est pourri ici. Je ne suis pas le seul à penser ça, mais peut-être le seul à le dire."

Cornet avait réussi à apprivoiser le gazon anglais en se hissant l'an passé pour la première fois en huitièmes de finale après un coup d'éclat contre la N.1 mondiale Serena Williams. Mais jeudi, la N.1 tricolore, qui s'est récemment séparée de son entraîneur serbe Biljana Veselinovic, s'est inclinée contre la Bélarusse Olga Govortsova, 122e mondiale, en trois sets 7-6 (8/6), 2-6, 6-1.

En manque de résultats mis à part à Roland-Garros (huitièmes), la Niçoise, 27e, a payé son manque de confiance dans les moments clés. Après son élimination, il ne reste plus qu'une Française en lice, Kristina Mladenovic, qui sera opposée vendredi au troisième tour à une autre Bélarusse, l'ex-N.1 mondiale Victoria Azarenka.

Gilles Simon, 13e, a lui atteint ce cap après son succès contre le Slovène Blaz Kavcic (6-1, 6-1 6-7 [7/5], 6-1). Il aura rendez-vous au prochain tour contre l'un de ses compatriotes: Gaël Monfils ou Adrian Mannarino, qui s'affrontaient en fin d'après-midi.

Deux autres français sont sur le pont jeudi: Jo-Wilfried Tsonga et Nicolas Mahut.