France / Patrimoine culturel

La corrida entre au patrimoine culturel immatériel de la France

Reuters/Enrique Castro-Mendivil

A compter de ce 22 avril, la tauromachie est inscrite sur la liste du Patrimoine culturel immatériel français. Une commission ethnologique au sein du ministère de la Culture a validé l’initiative lancée par l'Observatoire national des cultures taurines, créé en 2008 à Arles.

Publicité

A l’occasion de la Féria d’Arles, André Viard, président de l'Observatoire national des cultures taurines, a déclaré qu’il s’agit d’une date historique. Il s’est félicité que la  France est devenue « le premier pays taurin au monde à effectuer cette démarche qui, il est important de le souligner, obéit exclusivement à des critères scientifiques ».

Pour André Viard, cette inscription « constitue une mesure de sauvegarde en soi La corrida, introduite en France au milieu du XIXe siècle sur la base de traditions taurines plus anciennes, est aujourd'hui présente dans quatre régions du sud où, chaque année, des spectacles sont organisés dans une quarantaine de villes », a-t-il souligné. La corrida est un combat à l’issue duquel le taureau est mis a mort.

Cette reconnaissance a été vivement dénoncée par Claire Starozinski de l'Alliance anticorrida. « Comment notre ministre de la Culture (...) peut-il décemment encourager une survivance archaïque qui consiste à donner en spectacle la torture d'un animal? »

Le ministère de la Culture a souligné que sa décision n'impliquait « aucune forme de protection, de promotion particulière ou de cautionnement moral » et ne visait pas à proposer la tauromachie à l'inscription au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco.

Six organisations de protection des animaux demandent l’annulation de l’inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel de la France

Les organisations revendiquant 719 000 adhérents ont annoncé le 1ermai d’avoir écrit au ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, pour lui demander d'annuler l'inscription de la corrida au « patrimoine culturel immatériel » de la France.

 
Dans cette lettre ouverte au ministre, ils demandent « de procéder à l'annulation de ce classement qui constitue une régression majeure et ternit l'image de notre pays ». La lettre publiée dans un grand journal national est signée par l'Alliance Anticorrida, la Confédération des SPA de France, la Fondation Assistance aux animaux, la Fondation Brigitte Bardot, la Ligue pour la protection du cheval, l'Oeuvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs et la Fondation 30 millions d'amis. « Comme la majorité des Français, nous sommes choqués que le ministère chargé d'encourager et de soutenir la création des oeuvres d'art et de l'esprit puisse soudain cautionner l'affligeant spectacle d'un animal torturé à mort dans une arène », écrivent les signataires.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail